Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que restera-t-il de leur enfance

par La journaliste IT pink & green

Que restera-t-il de leur enfance

Je me demande souvent quels souvenirs ils garderont de leur enfance. Quels sont les détails qui les marqueront au point de les garder tout au long de leur vie. Mon fils se souviendra-t-il qu'à deux ans il aimait me tenir la main pour s'endormir ou qu'il me demandait de lui caresser le ventre ? Se rappellera-t-il que sa soeur aimait lui frotter les pieds dans le bain et qu'il se tortillait quand elle insistait entre les orteils ? Et nos matins, au rituel immuable, ouvrir les volets, regarder les voitures et le ciel bleu, choisir un yaourt, appuyer pour moi sur le bouton de la machine à café et jeter un carré de sucre dans ma tasse, se rappellera-t-il de ces détails auxquels il tient tant pour le moment ?

Ma cadette garde des souvenirs très précis de sa petite enfance et même de sa très petite enfance. Elle se souvient de sa première nounou (elle n'avait pas 18 mois), des matins noirs où je l'amenais dans son petit manteau rouge et orange après avoir bu au chaud son chocolat devant l'âne Trotro. Elle se rappelle de ses premiers Noëls, des cadeaux qu'elle a reçus, de cette sortie au zoo où elle s'était fait pincer par un pingouin (dire que moi j'avais oublié ce détail) et où une tortue géante s'était mise à lui mâchouiller la robe. "Elle l'avait confondu avec de la salade parce qu'elle était verte" se plait-t-elle à me raconter encore et encore en riant. Le parc, les petits chevaux, les prénoms de ses camarades de classe en PS de maternelle, ses gâteaux d'anniversaire, nos dimanches à la piscine, le tobogan géant en vacances, elle se rappelle de tout.

Ca peut sembler surprenant mais ça ne m'étonne pas tant que ça finalement. Mon premier souvenir date de mes 16 mois. C'était en Slovaquie, nous sommes allés voir mon arrière grand-mère (qui est décédée peu après) dans une de ces cités horribles que les communistes construisaient par paquets à l'époque. Je ne l'avais jamais vue, mon frère jumeau non plus. Je me rappelle des tours immenses, dont la laideur ne parvenait à éclipser ni la lumière qui inondait le matin, ni cette frêle silhouette vêtue de noir qui rayonnait et nous tendait les bras. Farouches nous étions tous les deux, mais sans hésitation nous avons couru dans ses bras tous les deux. Je me rappelle de l'odeur de son corsage, sans pouvoir la décrire. Quand j'y repense, c'est comme si j'avais à nouveau 16 mois. Mon souvenir est de l'ordre de l'émotion, du sensoriel, de l'expérience. Pas de l'analyse, du cerveau, de la logique. Un souvenir à la pureté absolument parfaite.

Il me reste des souvenirs de cet ordre en pagaille, à deux, trois, quatre, cinq ans. Je n'ai rien oublié de nos étés, du bac à sable en bas de chez nous, des balades du dimanche dans les feuilles mortes ni des lectures de mon père le soir, assis sur une chaise au seuil de notre chambre. J'ai très certainement oublié d'autres choses. Mais pourquoi ? Qu'est-ce qui fait que tel souvenir parfois saugrenu s'imprime aussi fort dans la mémoire et que tel autre passe aux oubliettes ? Oui je me pose des questions étranges parfois. Ca m'intrigue et m'interpelle d'autant plus que je sais que beaucoup de choses (pour ne pas dire tout) se jouent au cours de la petite enfance. La plupart des gens en gardent peu de souvenirs, voire pas du tout, et pourtant c'est là que se construisent les peurs, les croyances, les certitudes, la confiance en soi ou au contraire son absence ou sa fragilité. Les promesses, les punitions, la tendresse, l'écoute, la présence, l'absence, les encouragements, les moqueries, la solitude, les interdits, les tabous... je suis convaincue que toutes ces choses vécues dans l'enfance façonnent de manière quasiment irrémédiable notre façon d'aimer, de considérer l'autorité, de nous voir, de nous accepter, de nous aimer.

Finalement les petits détails de la vie quotidienne sont chouettes à garder, oui j'adore reparler de tout ça avec mes enfants, les petits mots rigolos et les souvenirs anodins. Mais le plus important, ça reste ce qui se laboure en secret dans la terre de leur personnalité, dans la terre de leur coeur... J'espère que j'y sème de l'amour, de la sérénité, de la confiance, de la force. De l'énergie à l'état pur. J'espère...

Commenter cet article

Rosali 29/10/2013 21:26

C'est incroyable !!! Je ne me souviens quasi de rien avant mes 6 ans !!!! je pense que ma mémoire est sélective lol ! Pour mes louloutes ma plus grande se souvient très bien de Venise (avant ses 3ans) ma petite pareil elle a des souvenirs a environ 3 ans avant non .... bisous

Madame Ordinaire 19/10/2013 21:44

Je crois comme toi que nos souvenirs d'enfance ont une part essentielle dans les fondements de notre vie d'adultes. Il y a des souvenirs qui se rappellent à nous alors que l'on n'avait absolument pas conscience d'avoir conservé ces morceaux de notre histoire, Des détails peut-être mais après tout, ce sont ces petites choses qui sont les plus agréables à vivre au quotidien et qu'il est bon de savourer, de partager...