Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans les mains ! (ou presque)

par La journaliste IT pink & green

Sans les mains ! (ou presque)

Il y a quelques jours, une de mes amies m'observait d'un air médusé, occupée que j'étais pas le repliage des pieds du trépied de mon appareil photo. Petit détail : je portais mon fils de deux ans, vissé sur ma hanche, fermement coincé par mon avant-bras gauche contre mon sein. Comme à son habitude lorsqu'il est perché là (oui je le porte encore beaucoup figurez-vous) il observait avec beaucoup d'attention ce que je faisais : déclipser les sécurités, rentrer les pattes du trépied, reclipser les sécurités. Rien de bien sorcier n'est-ce pas ? En tout cas rien de bien sorcier pour une maman. Mais mon amie était surprise que je sois capable d'accomplir une action nécessitant deux mains en portant un Petit d'homme flanqué contre moi. Bon, ma copine n'a pas d'enfants, ceci explique peut-être cela. Pour moi ça n'a rien d'extraordinaire, j'étais surtout surprise de sa surprise (vous me suivez ?) avant de me rappeler que moi non plus je n'étais pas une pieuvre avant d'avoir des enfants.

Car j'en fais des choses incongrues et (parfois) acrobatiques depuis que j'ai des enfants. Dévisser un bouchon, ouvrir une boite de céréales, dépecer le plastique d'un pack de lait pour en extraire une bouteille, aspirer, ramasser whatmiles jouets par terre, me maquiller, aller aux toilettes (si si) tout cela (et bien d'autres encore) je peux le faire d'une main, en tenant mon enfant de l'autre. Je suis capable d'accomplir d'autres choses avec les deux mains, mais en tenant mon enfant dans les bras, comme décrit ci-dessus. Comme ouvrir une conserve, préparer un biberon de chocolat chaud ou doser la quantité de farine à mettre dans la MAP. Je vous rassure, je suis toutefois incapable de faire une béchamel sans mes deux mains (quand même hein) ni d'enfourner une pizza avec mon enfant dans les bras, pour des raisons de sécurité cette fois.

Actuellement je suis en congé parental mais j'ai souvenir de ces interviews que je réalisais par téléphone alors que j'était pigiste et que mes filles étaient avec moi à la maison, petites encore. Je ne sais pas si mon interlocuteur s'est un jour douté que, tandis que je lui posais une question, le téléphone coincé entre l'épaule et la joue, je versais en même temps les céréales dans le bol de ma fille, juchée quant à elle contre ma hanche, que je surveillais la soupe qui mijotais et que je saisissais parfois un stylo pour griffonner rapidement quelques mots sur une feuille coincée sur le frigo, lorsque sa réponse me semblait pertinente pour mon article. Scène incongrue, quand j'y repense. Mais bien réelle (et réalisable).

J'ai aussi souvenance de ma mère qui a longtemps, très longtemps porté mon petit frère. Dès qu'elle s'agenouillait sur le sol pour donner un coup de serpillière dans les recoins (je n'ai d'ailleurs toujours pas compris pourquoi elle ne se servait pas d'un balai serpillière) il arrivait, il grimpait sur son dos et il s'allongeait contre elle durant tout le temps de son ménage. Et ma mère le portait ainsi. Elle le portait quand elle cuisinait, quand elle rangeait, quand elle faisait le ménage. Ca a du me marquer, sans doute. Ca a du influer sur ma manière d'appréhender ma maternité, j'en suis certaine (même si je ne m'agenouille pas sur le sol pour le laver, tout de même).

Aujourd'hui je ne porte plus mes filles, évidemment. Mais je garde un souvenir ému de ces moments de cuisine, de ménage ou de maquillage qu'elles ont passés avec moi, assise sur mon avant-bras gauche (toujours le gauche, d'une part parce que je suis droitière et d'autre part parce qu'à force, il est plus musclé).

Et non (pour celles qui se poseraient la question), je n'ai jamais eu envie de transformer ou de "faciliter" ces moments là avec une écharpe ou assimilés. C'est ma façon à moi de porter. En mode autonomie totale. En mode pieuvre.

Commenter cet article

matelas memoire de forme 31/03/2014 01:05

C'est très agréable et faits saillants. Créer un contraste très réussi. Vous avez beaucoup de goût

Kayeza 14/11/2013 21:19

Une amie qui venait d'avoir un enfant m'avait dit "quand on a un enfant, on devient mono-main !", comme une catastrophe. Heureuse de voir que tout le monde ne s'en plaint pas...
Concernant le côté gauche, j'ai aussi vu passer l'explication suivante : c'est le côté le plus près du coeur, là où l'enfant peut le mieux se remettre dans l'ambiance sonore de la vie in-utero. Statistiquement, même les femmes gauchères auraient tendance à porter à gauche, ce qui plaide en faveur de cette théorie. Comme quoi, on s'en sort bien sans théorie, en agissant à l'intuition :)

Fée Line 08/11/2013 23:04

j'aime beaucoup ton article :) je porte aussi sur le bras, gauche, parce que le bras droit reste fragilisé à cause d'une maladie... je regrette qu'il soit devenu trop grand pour le porter, j'adorais l'avoir en écharpe <3 bisous, bon we !