Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Se déshabiller de son corps de souffrance

par La journaliste IT pink & green

Se déshabiller de son corps de souffrance

"Permettez moi de résumer le processus. Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu'il soit là. N'y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l'analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui. Restez présent et continuez d'être témoin de ce qui se passe en vous. Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle mais aussi de "celui qui observe", de l'observateur silencieux. Voilà ce qu'est le pouvoir de l'instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe."

Ahhhh cher Eckhart Tolle, si vous saviez à quel point vos mots, lus il y a trois ans maintenant, ont changé ma façon de vivre. J'étais sans cesse ballottée dans ma tête, un coup à gauche, dans le passé, un coup à droite, dans l'avenir. Un coup dans les regrets ou la nostalgie, un coup dans l'angoisse et les questions incessantes. Jamais vraiment là, jamais vraiment présente dans mon corps et dans mon instant.

J'ai relu ce petit passage en particulier aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que j'avais besoin d'une piste et parce qu'une petite voix m'a soufflé d'ouvrir la page 56. Oui j'entends des voix. Je pense que tout le monde en entend mais que peu de monde les écoute.

Ca m'est venu comme ça, juste avant de prendre une douche alors j'ai lu les quelques lignes et j'ai posé le livre sur le rebord du lavabo avant d'entrer dans la baignoire. Pendant que l'eau brûlante coulait sur moi j'ai repensé au passage qui précède cette page, tout le discours sur le corps de souffrance qui m'avait déjà tellement parlé il y a trois ans (discours qu'il serait trop long d'expliquer ici en détail mais que je vous conseille de lire si ça vous interpelle).

Alors j'ai décidé de me déshabiller de mon corps de souffrance. Comme on le ferait d'un vêtement. Au risque de passer pour une dingue, j'ai déboutonné un à un les boutons imaginaires d'un immense manteau, du cou jusqu'à la pointe de mes orteils. J'ai repensé à toutes les blessures de ce vêtement qui me semblait pourtant joli, mais lourd. Ses épreuves, de bébé, d'enfant, de jeune fille, de jeune femme, de jeune mère. Les déceptions, les séparations, les adieux, les grossesses manquées, les anesthésies, la fuite, l'ivresse, la colère, les larmes, les cris, les croyances religieuses et scientifiques, les erreurs. Comme autant de petites déchirures recousues tant bien que mal sur mon vêtement.

Toujours sous l'eau, j'ai retiré une manche, puis l'autre, puis le manteau a glissé le long de mes épaules et de mon dos. Je l'ai saisi et je l'ai tenu droit devant moi, examinant toutes les petits endroits rapiécés avec attention, avec tendresse, sans jugement et sans colère. Puis je l'ai plié. Oui j'ai plié un manteau imaginaire avec le plus grand soin et je l'ai posé sur le rebord de la baignoire.

Je ne le portais plus.

Je me suis démaquillée, j'ai dénoué mes cheveux et même si ce n'était pas prévus aujourd'hui, je les ai soigneusement lavés. Les atomes de souffrance et de peur qui restaient encore accrochés à ma peau et à mes cheveux sont partis eux aussi. Je les ai regardés tourbillonner un instant dans l'eau, puis s'évanouir définitivement.

Adieu, vêtement de souffrance.

Me voilà, comme dit la carte du Mat d'Osho, "neuve comme un bébé qui vient de naître". Sans préjugés, sans tous ces "murs de connaissances érigées par le mental".

Neuve.

Tout est possible.

"Ensuite, voyez ce qui se passe", conclut Eckhart Tolle dans ce passage.

Je me suis regardée dans le miroir. Je souriais.

Photo Goodbybabylon

Extrait "Le pouvoir du moment présent", Eckhart Tolle

Commenter cet article

Noix de Coco 25/04/2016 22:12

Merci , j'aime beaucoup ce livre ... il m'a enormement soulage l'an dernier mais un nouveau manteau s'est forme depuis ... je vais relire ce livre pour qu'il s'impregne encore une fois dans mon etre profond, car ce livre est puissant ! Douces pensees <3

La journaliste IT pink & green 11/05/2016 09:24

De rien <3 je t'embrasse bien fort.

Coco 02/04/2014 21:48

Les premiers mots ne pouvaient que m'interpeller, je le connais ce livre, je le connais cet auteur, mais n'arrive pas encore à m'imprégner de sa sagesse ... du temps encore un peu de temps ...
Bisous douce Miléna <3

Anne-Marie 31/03/2014 12:45

Merci pour ces très beaux textes, celui d'Eckhart Trol et le vôtre et l'apaisement que cette lecture procure.

Marie Grain de Sel 31/03/2014 10:14

Wouh ! Les frissons que je me tape maintenant !
Tellement touchée et troublée par ce que tu a écrit, comme si je ressentais au fond de moi la légèreté de plier ce manteau-là et de le poser respectueusement... mais à côté. Et de le considérer avec bienveillance et respect, mais en le laissant soigneusement à côté. J'en étais si troublée que je bafouille des doigts et que j'ai du mal à taper ! Très beau billet Miléna ! Merci ;-)