Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment protéger nos enfants de la méchanceté gratuite (et parfois idiote) tout en cultivant leur bienveillance ?

par La journaliste IT pink & green

Comment protéger nos enfants de la méchanceté gratuite (et parfois idiote) tout en cultivant leur bienveillance ?

En ce moment ma cadette (Cm2) revient souvent de l'école avec des anecdotes plus ou moins pas sympas (plutôt moins que plus) sur ce qui se dit dans la cour de récré ou entre deux cours.

Oh c'est parfois anodin, une petite phrase balancée ("t'es trop moche t'es plus ma copine"). Mais parfois des phrases plus assassines. Ou alors qui rencontrent (comme chez ma fille) une sensibilité si vive que la phrase anodine se transforme en catastrophe.

Ça ne la concerne pas qu'elle, elle me répète que Machin a dit à Bidule "pousse toi, tu pues de la bouche". "T'es noire, elle est moche ta peau". "Han t'est trop nul pour jouer au foot !". "De toute façon si t'attaches tes cheveux c'est que t'as des poux". "Chouchou". "Tes chaussures elles sont horribles, trop la honte".

Et j'en passe.

J'ai aussi entendu des phrases comme ça quand j'étais petite, souvent ne me concernant pas d'ailleurs, mais ça m'a marquée. Et je suis certaine que c'est aussi le cas pour beaucoup d'entre vous. On met parfois une vie à se guérir d'une phrase en apparence anodine mais mortellement empoisonnée. N'est-ce pas ?

Alors j'essaie de me reconnecter à la petite fille que j'étais et à ce que j'aurais aimé entendre.

J'aurais aimé qu'on me dise que je suis parfaite telle que je suis et que les gens ne parlent pas de moi mais de leurs propres peurs, de leurs propre vécu.

Que leurs mots prononcés sur le ton de la plaisanterie, de la colère, de l'envie ou de l'ennui ne ME concernaient pas et qu'en AUCUN cas ces mots n'étaient capables de modifier l'intégrité de la petite fille que j'étais (plus tard, bien plus tard j'ai lu les Accords toltèques de Don Miguel Ruiz, qui m'ont énormément apporté sur ce sujet, je vous les conseille).

J'aurais aussi voulu qu'on me dise que si on est vraiment méchant, c'est que derrière il y a une souffrance.

Qu'il faut sourire, refuser l'insulte ou la critique comme on refuserait un cadeau empoisonné. Se sentir entière.

Intègre.

Parfaite.

Intouchable par de simples mots qui s'envolent. Les laisser s'envoler ou les confier à la terre, elle est si forte pour accueillir les énergies négatives.

Et sourire à l'occasion à cette personne qui, qui sait, souffre peut-être énormément.

Alors c'est ce que je leur dis et redis.

Depuis quelques temps, j'entends mon aînée (en 4ème) écouter elle aussi sa sœur et... tenir le même discours que moi. La rassurer, plaisanter un peu sur le sujet et lui dire que ça ne change rien à ce qu'elle est. Parfaite.

Et là je me dis que j'ai gagné quelque chose.

Des graines plantées.

Des graines de confiance en soi.

Mais aussi de bienveillance envers autrui.

Commenter cet article

ruff 16/11/2015 15:46

MERCI pour ce texte, et bonne continuation à vous !!

Weena 06/11/2015 15:23

Merci pour ces conseils, mon fils est encore un peu petit, mais un jour, il se retrouvera dans ses situations ... et pour en avoir souffert (un peu) petite et mon mari encore plus, j'aimerais pouvoir lui apporter des réponses appaisantes ^^.

PetitDiable 06/11/2015 11:56

Ah ces enfants qui ne savent pas combien ces phrases peuvent être destructrices...

Kat 06/11/2015 10:15

Bravo ! Même si ce que tu dis n'est, à mes yeux, que la vérité, de ce qu'il faut essayer de faire comprendre et intégrer à nos enfants, j'ai envie de dire Bravo ...de le dire à la fois si simplement et si explicitement !