Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lâcher prise, ou quand l'Univers dégaine sa baguette magique

par La journaliste IT pink & green

Le lâcher prise, ou quand l'Univers dégaine sa baguette magique

Il y a quelques semaines, juste après la rentrée des classes pour être précise, j'ai partagé sur Facebook une petite anecdote personnelle que je vous décris ici pour illustrer mon titre.

Je sortais de la réunion 4ème du collège de ma fille, assez tard, les profs ayant été bavards. Je pressais le pas, il était tard et mon petit m'attendait ainsi que mes trois autres enfants, restés avec mon amoureux.

Pas de bol, le bus qui devait me monter jusqu'à la maison (c'était avant le déménagement) m'est passé sous le nez. Deux choix s'offraient à moi : attendre le suivant une demi heure après ou monter à pied (la maison était sur les hauteurs de la ville). Un brin découragée face à l'attente ou la pente, dans ma tête je me suis dit que je devrais me poster en bas de la longue avenue pentue et tenter de demander à quelqu'un de m'emmener.

Évidemment, je me disais en même temps que je n'oserais jamais.

J'ai alors levé la tête en regardant les quelques nuages de septembre et instinctivement, sans réfléchir, j'ai "pensé" "dis" "lancé" (je ne sais pas comment le qualifier, ce n'est pas de l'ordre de la parole mais de l'intention et de la confiance totale, non réfléchie, qui vient des tripes ou du coeur) vers le ciel une sorte de voeu en complet abandon : "oh dis l'univers, ce serait encore plus cool que tu fasses un miracle !".

C'était vraiment comme si de tout mon cœur et avec mes bras je lançais vers le ciel un vœu fou avec la confiance d'un enfant. Comme si je soulevais une brassée de neige, de sable ou d'étoiles et que je la lançais vers le ciel en lui disant "bon là voilà, je suis démunie, je ne sais pas quoi faire, débrouille toi pour m'aider, tu es le meilleur".

Mais sans planifier hein, sans me forcer, c'est venu instinctivement.

Sur ce.

Une voiture s'est arrêtée à ma hauteur, fenêtre ouverte, et un petit papy de 80 ans a sorti sa tête aux cheveux blancs comme neige par la fenêtre en me demandant si, par hasard, j'aurais la gentillesse de lui indiquer comment se rendre vers le Col Bayard.

Je me lançais dans des explications précises quand soudain je m'arrêtais net, frappée par la réponse que l'Univers me mettait sous les yeux.

Je stoppais mes explications et prise d'un élan de confiance, je lui dis "vous savez quoi cher monsieur ? En fait c'est sur ma direction et je viens de rater mon bus, si ça ne vous dérange pas, je monte avec vous, je vous indique le chemin, vous me déposez en route, et ensuite c'est tout droit !". Le petit Papy a souri, acquiescé et m'a ouvert la porte.

Et voilà comment je suis rentrée chez moi en cinq minutes, après avoir eu le plaisir d'échanger quelques mots avec un charmant grand-père savoyard qui passait par là pour je ne sais quelle raison.

Dingue non ?

L'anecdote s'arrête là, mais pas mon propos.

Cette petite aventure m'a donné l'occasion de réfléchir à d'autres moments de ma vie où j'ai "lancé un voeu vers le ciel comme on lancerait des étoiles ou des paillettes en soufflant dessus". Ca m'est arrivé à quelques reprises, et même à une époque où je ne pensais pas que ça fonctionnait. Je ne souhaite pas entrer dans les détails, il s'agit de ma vie passée et d'événements trop personnels, mais il m'est arrivé de me retrouver dans des situations inextricables, où ni les solutions que je cherchais, ni les arguments que j'avançais, ni la bataille que je menais n'apportait ce que je souhaitais.

Je me battais contre des moulins à vent avec désespoir parfois.

Oui je me suis retrouvée face à des situations graves, difficiles, désespérantes où j'étais totalement impuissante.

Et, sans que j'en ai conscience à l'époque, quelque chose s'est réveillé en moi l'espace de quelques secondes. J'ai regardé le ciel, j'ai balancé mes étoiles vers le cosmos et je me suis dit "allez vas-y, moi j'ai épuisé toutes mes cartouches, je ne sais plus quoi faire, je te confie le problème, fais en ce que tu veux".

A chaque fois que cet état d'abandon total m'a soudainement habitée, les situations se sont miraculeusement réglées dans les minutes qui suivaient ou le lendemain.

Je vous jure que c'est vrai.

Ensuite j'ai changé de vie, j'ai appris d'autres choses et j'ai renouvelé l'expérience à plusieurs reprises, j'en parle notamment dans ce billet L'enseignement de la poire que j'ai écrit mi septembre 2010... et je suis tombée enceinte de mon fils deux semaines après.

Le problème avec le lâcher prise, ai-je longtemps pensé (et sans doute le pensez-vous aussi), c'est que cet état n'est pas un état réfléchi ni "volontaire". On ne peut pas se dire avec la tête "bon ok là je lâche prise, je fais confiance à l'Univers". C'est un truc qui vient comme ça, pouf, sans réfléchir, sans forcer, sans décider. Si vous tentez l'expérience maintenant là tout de suite, probablement me répondrez-vous que c'est n'importe quoi, que ça ne marche pas.

Si, ça marche.

Mais il ne faut pas l'intellectualiser.

Le mental (dans ce cas là), c'est le mal.

Le secret est dans l'intuition et l'intention.

L'INTENTION.

Elle doit être totale, sincère, confiante, certaine d'être exaucée.

Depuis peu de temps, j'ai quand même changé d'avis à ce sujet. Je suis persuadée qu'on peut la générer même en le souhaitant, et pas uniquement lors de brefs éclats d'illumination.

J'y travaille.

Je pose mon cerveau et je me reconnecte avec moi-même, dans ce lac de quiétude baigné de lumière.

C'est là que se trouvent les paillettes, et il y en a des milliards de milliards.

Quand je vous disais que mon mot totem c'est doré... Voilà une des explications. Il y en a d'autres, mais cette histoire de lâcher prise, de confiance et d'étoiles lancées dans le ciel en fait partie.

Le lâcher prise, ou quand l'Univers dégaine sa baguette magique
Commenter cet article

MissBrownie 25/01/2016 18:27

Je plussoie ;)
Il faut savoir ouvrir les yeux sur ce que l'Univers met sur notre chemin.

Elanorlabelle 25/01/2016 17:40

Très joliment dit. J'ai eu des moments comme ça, où l'univers semblait répondre à mes interrogations et/ou à mes souhaits, profonds mais sans penser qu'il y aurait une réponse. Et pourtant...