Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ovulation, grossesse, accouchement : les modifications du col utérin

par La journaliste IT pink & green

Ovulation, grossesse, accouchement : les modifications du col utérin

Avant de commencer ce billet qui pourrait susciter des interrogations / remarques concernant l'hygiène, l'innocuité ou la fiabilité des observations du col utérin, je tiens à préciser trois choses :

- l'hygiène : c'est souvent l'argument brandi par le corps médical, ouh la la, il ne faut pas toucher, les mains sont porteuses de germes. A cela je n'ai qu'une réponse à apporter : quand votre conjoint introduit une partie de son anatomie dans la vôtre, j'imagine qu'il ne prend pas la peine de la désinfecter au préalable (le savon sur la langue ça le fait pas trop par exemple), n'est-ce pas ? Et bien quand on auto-examine son col, SI, on se lave toujours les mains avant.

- l'innocuité : d'aucuns diront aussi que, enceinte, mieux vaut éviter de toucher le col pour ne pas provoquer des contractions. Alors, d'une, on évite si on a un utérus contractile ou si on est en Map (menace d'accouchement prématuré), BIEN-SÛR. Et de deux, quand il s'agit de son propre corps, on a tendance à y aller en douceur parce qu'on se connaît, et parce qu'on ressent tout. Alors que certains praticiens ne se gênent pas pour vous triturer le col sans délicatesse.

- la fiabilité : je dirais que tout ce qu'on peut lire ou voir comme dessins ne remplacera jamais la référence essentielle, j'ai nommé l'expérience. C'est en touchant qu'on sent les différences. Une première expérience ne veut rien dire, en somme. Il en faut plusieurs pour parvenir à décoder les changements. Et là c'est vraiment flagrant.

Je rajouterais aussi, pour compléter, que certaines applications pour smartphones conçues pour connaître et "maîtriser" son cycle menstruel proposent, en plus de la classique prise de température et autres observations de glaire cervicale (bon appétit) de noter aussi les changements du col utérin. C'est le cas de Kindara par exemple (voir capture en bas de billet).

Comme quoi, c'est pas si extraordinaire que ça (mais méconnu, ou du moins tabou).

 

Voilà pour l'aparté.

 

Venons en aux faits.

L'auto-examen du col peut être utile dans trois cas : pour déterminer la période d'ovulation (bien pratique quand on a des cycles anarchiques), pour détecter une grossesse et pour vérifier comment l'accouchement progresse (ça m'a été TRES utile).

 

- L'ovulation :

En dehors de la période d'ovulation, le col utérin est bas, fermé et dur (d'une consistance similaire à celle du bout du nez, pour vous donner une image). Pendant l'ovulation, il est haut, ouvert et mou (un peu comme l'intérieur de la joue).

 

- La grossesse :

Côté consistance, le col redevient un peu comme en période d'ovulation, à savoir mou et haut, mais bien évidemment il est fermé. C'est très évident pour une première grossesse, après un (ou plusieurs) accouchement(s), la différence est plus subtile à sentir car le col a subi de grandes modifications (c'est peu de le dire).

 

- L'accouchement :

Sous l'effet des contractions, le col se raccourcit, s'efface et se dilate.

Traduction.

Se raccourcit : au début il est long et comporte deux ouvertures, une interne et une externe (un peu comme le goulot d'une bouteille, c'est un tube qui comporte une ouverture externe, où on met le bouchon, et une ouverture interne, qui s'ouvre vers la bouteille). Au moment de l'accouchement, le goulot de la bouteille commence par disparaître. Abracadabra !

S'efface : les deux ouvertures se rejoignent pour n'en former qu'une.

Se dilate : il s'ouvre, de 0 à 10 cm, comme on peut le voir sur les deux photos avec des éléments de comparaison (bagel ou melon, choisis ton camps).

 

Dans le cas d'un accouchement classique, je pense qu'il n'est pas forcément utile de vérifier la progression du col, à chacune de voir si elle souhaite le savoir ou pas (en maternité par contre, on n'a souvent pas le choix, il ne faut pas hésiter à le dire si on ne souhaite pas avoir de TV - toucher vaginal - durant la grossesse ou l'accouchement).

Par contre lors d'un AAD (accouchement à domicile) ou, à plus forte raison, d'un ANA (accouchement non assisté) inopiné ou pas, il peut être utile de savoir où on en est afin de déterminer, par exemple, s'il est temps ou pas d'appeler la sage-femme ou si, comme moi, il est temps d'aller chercher des serviettes-berdol-vite-il arrive-oui-là tout de suite (oui c'est du vécu).

 

Dans mon cas, comme je le disais plus haut, ça a été un outil vraiment utile quand j'ai accouché sur mon parquet. Après la première contraction, celle qui m'a tirée du sommeil, j'ai vérifié le col. Il était à 5 cm je dirais, et on sentait la tête (quelle émotion d'ailleurs).

A la deuxième contraction, le col était totalement dilaté, on ne sentait que la tête.

A la troisième contraction, la petite pastèque a glissé vers la vie terrestre, son crâne guidé par ma main (heureusement d'ailleurs parce qu'il a glissé si vite qu'il serait tombé par terre si je ne l'avais pas accompagné. True story). Vous pouvez lire ici le récit complet de sa naissance : Entre mes mains - la naissance extraordinaire de Ruben.

 

Voilà, si vous avez des questions, réflexions, expériences, n'hésitez pas à les partager !

Ovulation, grossesse, accouchement : les modifications du col utérin
Ovulation, grossesse, accouchement : les modifications du col utérin
Commenter cet article

Natacha 26/05/2016 19:16

Ton article est super ! Et j'aurais bien aimé avoir vu ces petites images pour illustrer la taille du col selon la dilatation, ça m'aurait éviter d'aller trop tôt à la maternité me le faire triturer sans grande délicatesse (ce qui a entraîné des saignements & la fissure de la poche non détectée sur le coup, donc un tas de merdes par la suite avec l'équipe médicale) :D
Pour l'éventuel prochain je saurais^^

La journaliste IT pink & green 02/06/2016 14:22

Merci beaucoup