Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le départ (ou non) à la maternité

par La journaliste IT pink & green

publié dans grossesse , accouchement , bebe , jumeaux

Le départ (ou non) à la maternité

Je pense que pour n'importe quelle maman proche du terme, le départ à la maternité pour accoucher constitue l'une des grandes inconnues de fin de grossesse. Même pour un troisième ou un quatrième bébé (ou plus) on se pose des dizaines de questions. Est-ce que je vais perdre les eaux ? Vais-je reconnaître les contractions de travail ? (spoiler : oui) Est-ce que ce sera pendant la journée ou en pleine nuit ? Aurai-je le temps de faire garder les frères et soeurs ? Ma valise est-elle bien prête ? Aurai-je le temps d'arriver à la maternité ? D'ailleurs c'est fou le nombre de mamans qui se posent cette question alors que, dans les faits, il est tout de même vachement rare de ne pas avoir le temps d'arriver à la maternité (sauf exception, suivez mon regard).

Pour ma part j'ai vécu quatre départs (ou non départ) à la maternité très très différents. Avec un point commun : je n'ai jamais perdu les eaux, je ne sais pas ce qu'est la grande inondation. Pour mon dernier je vous avoue que je suis même parfaitement incapable de vous dire à quel moment la poche a rompu, à sa sortie express je suppose, mais je n'en garde strictement aucun souvenir ni aucune sensation, j'étais sans doute trop absorbée par la sensation de son crâne qui progressait comme un bouchon de champagne.

Pour ma fille aînée, ce sont des contractions douloureuses qui m'ont réveillée à six heures du matin. Des contractions, j'en ai eues durant toute ma grossesse (et pas qu'un peu) mais ce matin là je n'ai eu aucun doute, elles étaient très différentes. On est partis aussitôt à la maternité (je garde un souvenir mémorable de chaque bosse rencontrée en route, quelle torture). A 9 heures, ma fille était née.

Pour ma cadette, point de départ en catastrophe (et pliée en deux). J'ai perdu un peu de liquide, oh trop fois rien, mais comme j'avais un streptocoque B, la maternité m'a demandé de venir immédiatement afin de vérifier si c'était bien du liquide amniotique. C'était le cas, et toujours en raison de l'infection, décision fut prise de déclencher l'accouchement en dépit des conditions peu propices à une naissance (col fermé, pas de contractions). Ma fille, la coquine, avait déjoué toutes les prédictions en naissant après une demi-heure de contractions.

Pour mon premier fils, je n'avais pas prévu du tout d'aller à la maternité. Pour tout dire, je n'avais même pas préparé de sac ! J'étais suivie par une sage-femme pratiquant les accouchements à domicile et durant toute ma grossesse je me suis préparée à accoucher chez moi. Seulement elle habitait à 1 h 30 de voiture. Le jour où j'ai accouché, elle n'a tout bonnement pas eu le temps de faire le trajet, mais au téléphone dans sa voiture elle m'a enjointe à aller à la maternité (à 500 m de chez moi) parce que c'était un gros bébé et il y avait un hydramnios. J'ai juste chopé un body, un pyjama, l'appareil photo et on est partis brusquement en laissant même mes filles endormies seules à la maison. Aussitôt arrivée à la maternité, aussitôt mon fils est né. 

Et pour mon dernier, vous connaissez peut-être l'histoire. Je n'ai eu le temps de rien, pas même de choper un body ou une serviette, il est né en trois contractions sur le sol de notre salle à manger. 

Ca fait quatre départs bien différents : excitation et précipitation, départ cool et un peu intrigué, départ à l'arrache, pas de départ du tout.

Je me demande ce que les bébés nous réservent. 

C'est marrant, j'ai commencé ce billet il y a un peu plus d'une semaine, avant de savoir que j'allais être hospitalisée. Et voilà, à 34 SA et pour des raisons d'anémie assez importante et d'oedèmes, je suis rentrée à la maternité dans la matinée. Sans savoir si j'allais en ressortir quelques jours après pour finir ma grossesse tranquillement chez moi ou si je rentrerais maman de jumeaux. Dans le doute j'ai préparé le sac des bébés. Finalement on n'en a pas eu besoin (ouf) et je suis rentrée chez moi. 

Il me reste trois milliards de choses à préparer et à acheter, la poussette à réceptionner, les matelas à trouver (oui on a les lits mais pas la literie ni le linge de lit), les couvertures et les gigoteuses à choisir (si vous avez des bons plans faites moi coucou) et plein de petits détails à régler. 

Quant au départ à la maternité, le mystère reste entier, encore plus avec des jumeaux vu qu'à priori ma gynéco préfère déclencher à partir de 38 ou 39 SA maximum (avis partagé par ma sage-femme).

Le compte à rebours est probablement lancé, mais on ignore évidemment où on en est exactement. Je me répéterai donc : wait and see.

 

Commenter cet article

GToch 08/02/2017 17:37

Ils sauront certainement rendre leur arrivée remarquable, comme les quatre autres :D

Ici nous avons fait tous les départs "classiques" :
1 - Pertes des eaux
2 - Monstrueuses contractions
3 - Fissure de la première membrane
4 - Mise en place tranquillement des contractions
Donc pour le cinquième, ben y en aura pas ! Pas de prise de risque inutile ;)
Ma hantise n'était pas d'accoucher à la maison mais d'accoucher sur la route ?!?
Je ne me voyais pas expliquer à mon enfant que sur son acte de naissance il y est écrit RN6 !!!
Du coup j'ai posé la question à ma SF pour cette dernière grossesse. Elle a rigolé et m'a dit que dans ses souvenirs le lieu de naissance était le lieu où l'on coupait le cordon et pas celui où bébé voyait le jour :D J'ai donc dit à Monsieur le soir même que si je devais accoucher dans la voiture il devait absolument réfreiner son envie de couper le cordon avec les dents :D :D :D et tout laisser attaché...
Bref, on a toutes notre lot d'angoisses insensées ;)
Bon compte à rebours ;)