Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2o18 sera green (et réquisitoire ?)

par La journaliste IT pink & green

2o18 sera green (et réquisitoire ?)

J'ai l'impression qu'en 2017, voir même déjà un peu en 2016, on a assisté à une émergence de plus en plus grande du Green sur les blogs et dans la vie de tous les jours tout court. Consommation locale, bio, zéro déchet, diminution de la viande, lingettes lavables, décryptage des étiquettes alimentaires, cosmétiques et produits d'entretien, recyclage, cup, produits maison et j'en passe. Pas un jour sans que l'un de ces thèmes ne soit abordé sur les blogs, montré en photo ou en story sur Instagram, débattu sur Facebook.

Pas étonnant, du coup, que beaucoup de blogueuses aient choisi de placer 2o18 sous le signe du zéro déchet et du "mieux consommer".

Oh loin de moi l'idée de critiquer la multiplication de ces initiatives, bien au contraire, je ne peux que m'en réjouir. D'où vient le mot "Green" de mon blog selon vous ? Ben voilà. Et ça date de 2o1o. A l'époque et les années suivantes j'ai abordé ici des thèmes comme le végétarisme, les absurdités de certains produits bio (comme les pommes de terre bio mais qui viennent d'Egypte) et même le décryptage des étiquettes (Se récurer le cuir avec des cochonneries puis Fini le goudronnage, vive le tartinage !). Et oui, c'était bien en septembre 2o1o, et à l'époque on m'a surtout répondu "oui c'est cool mais moi l'odeur des cosmétiques bio je peux pas, je trouve que ça pue". Hum.)

Bref, on a visiblement progressé côté prise de conscience et TANT MIEUX.

Ce qui me chiffonne, en revanche, ce sont deux constats concernant l'attitude des gens les uns vis à vis des autres.

D'abord la manière d'aborder (imposer ?) les choses de certaines blogueuses. Oh je sais bien que leurs intentions sont louables, éveiller les consciences coûte que coûte, quitte à bousculer un peu les mentalités. Mais cette "bousculade des mentalités" s'apparente parfois à du dénigrement, de la critique, voire même de l'agressivité (traiter les personnes qui parlent de produits à la composition pas 100% clean de "vendues" ou de putes, comment dire...).

Je n'approuve pas cette méthode, pour deux raisons. Déjà parce que je ne fonctionne pas ainsi. Je parle un peu de ces thématiques depuis des années, mais sans imposer mes idées et surtout sans insulter personne. C'est comme avec mes enfants, je ne veux pas les éduquer dans la répression et la critique, mais plutôt (j'essaie) dans la bienveillance et par l'exemple. Je n'aime pas non plus ces méthodes rentre-dedans pour une raison évidente, elles me semblent contre-productives. Au lieu d'ouvrir les esprits, on risque de les braquer. A quoi ça sert au final ? A rien. Et je déplore cet effet contraire à ce que l'on souhaitait à la base.

La deuxième chose qui me turlupine avec cette vague de prises de conscience, c'est la traque qui en découle sur les réseaux sociaux. On ne peut plus parler d'une marque, d'un produit, ni même le voir en fond sur une photo sans s'attendre à des petites pics bien lancées. Même sur une photo totalement hors sujet hein, par exemple une photo d'enfant qui joue mais Oh my god what is doing the yaourt cracra / le jouet en plastique / la crème pas bio juste à côté de lui ? Oui il y a toujours une âme "charitable" pour s'offusquer l'air de rien qu'il y ai "ça" chez toi. Le "ça", c'est tout et n'importe quoi. Un actimel, un paquet de lingettes (suppôt de satan), des couverts en plastique, un biberon, du lait artificiel, un vernis Yves Saint Laurent, des vestiges d'un Happy Meal, un pull en laine, une canette de coca, un transat... La liste est interminable !

Résultat ? Sur Instagram les blogueuses (moi y compris parfois) postent de plus en plus souvent leurs photos ou leurs stories accompagnées de mini excuses, "oui je sais c'est pas très green, désolée". Parce qu'elles savent qu'il y aura forcément quelqu'un pour fouiner et dénicher le petit détail "Rho lalalalala pas très clean ça, ça m'étonne de toi, et t'as pensé à ton lectorat ? Tu devrais avoir honte, c'est irresponsable". Alors on préfère anticiper, expliquer, s'excuser par avance.

Après la fashion police, après la brigade des mères parfaites, après les ayatollahs de l'allaitement, du portage, du maternage, du Montessori ou que sais-je, nous voilà confrontés à une autre forme de dictature jugeante, la green police.

Et là, moi je dis stop.

Stop pourquoi ?

Parce que personne n'est parfait.

Personne n'est tout noir ou tout blanc.

Personne n'est tout GREEN.

Je suis même bien contente d'avoir appelé mon blog Pink et Green, car j'irais plus loin : personne n'est tout green ou tout pink.

Je pense qu'aujourd'hui tout le monde fait des efforts, à sa mesure. Tout le monde prend peu à peu conscience des enjeux pour la planète et pour nos enfants. On recycle, on diminue la viande, on consomme local, on achète français et éthique, on vérifie les étiquettes... Peu importe si on ne fait pas TOUT, l'important c'est de faire UN PEU, à sa mesure. Et, au passage, de ne pas décourager le voisin ou la blogueuse d'à côté qui fait peut-être moins, peut-être moins bien (selon nous, mais qui est-on pour juger), mais qui fait à sa façon. Qui partage ses bons plans par exemple. Qui donne les jouets reçus en masse par les marques aux associations. Qui tente les lingettes lavables pour commencer, et on verra après. Qui a laissé tomber le liquide vaisselle maison parce que ça ne lui convient pas, mais qui n'utilise plus sa voiture.

Vous connaissez sans doute la fable du colibri. Et bien on est tous des colibris. Certains transportent peu, et alors ? Le jour où les gros colibris, qui pensent porter beaucoup, arrêteront de tirer sur les bébés colibris, on aura fait un grand pas.

Soyons green.

Mais soyons aussi tolérants, indulgents, encourageants, stimulants, inspirants.

C'est ça le vrai Green Power.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Tres juste ton article. je suis entierement d'accord avec toi. Chacun est libre de ses croyances, le cheminement dans la transition est personnelle et cela ne sert a rien de bourrer le mou aux gens. Green or not Green ? chacun est libre de son choix, personne n'a a le juger.
Répondre
A
Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant et bien construit. N'hésitez pas à visiter mon blog. au plaisir
Répondre
Y
il est super ton article, je suis super d'accord. moi je ne m'excuse jamais, sauf quand je suis de mauvaise humeur. Si les gens ont rien d'autre à foutre que de traquer le moindre sac mcdo, je me sens plus triste pour eux qu'autre chose. Laissons chacun faire ce qu'il veut bordel de cul !
Répondre
K
Je te rejoins. Insulter les gens pour essayer de faire changer les mentalités m’hallucine et, ayant l’esprit de contradiction, ça me donne envie de bouffer un steak haché saignant devant elle alors que je ne mange plus de viande depuis mes 12 ans !!!
Idem pour la partie 2.
C’est partiellement pour ça que j’ai jeté l’éponge du Green blog défi...
Répondre
L
Merci, merci mille fois pour ce bel article qui remet les choses en perspective ! ... ça me rappelle qu'on voir tjs la paille dans l'oeil du voisin mais jamais la poutre dans le sien.
Répondre