Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi tu m'aimes ?

par La journaliste IT pink & green

publié dans Boum boum

44558_472358037651_724347651_6429121_6613479_n.jpg

 

C'est une question que je pose souvent à mon Amoureux. Mais quand il me renvoie la balle, je suis bien en peine de lui répondre. Pourquoi je l'aime ? Certes j'ai des milliards de raisons de l'aimer, mais si j'examine un peu plus attentivement toutes ces raisons que l'on cite avec flamme quand on a 20 ans, elles me paraissent revêtir une sacrée dose d'égocentrisme et d'auto-satisfaction. 

 

"Je t'aime parce que tu es gentil, attentionné, tendre avec moi. Tu es la bonté incarnée"

J'aime qui au juste ? Toi pour ce que tu es, ou plutôt moi, pour tout ce que tu m'apportes en confort, en affection, en sécurité ?

 

"Je t'aime parce que tu es intelligent et cultivé"

Même question : est-ce toi que j'aime, ton essence même, ou cette flatterie que procurent à ma cervelle les discussions passionnantes que j'ai avec toi ?

 

"Je t'aime parce que tu es drôle"

Est-ce vraiment de l'amour ? J'aime le rire qui monte en moi, la joie que tu fais pétiller, le bien-être qui m'envahit... Et tes blagues qui me font rire et me tirent de ma morosité. J'aime qui alors ? Toi ou moi ? 

 

"Je t'aime parce que tu es sexy, que j'ai envie de toi, que j'aime tes mains"

Ah oui j'aime tes mains, le chaud qu'elles me procurent. ME procurent. Et tes caresses, et tes baisers, et tes bras réconfortants, et cette chaleur qui me remplit. C'est pas égoïste ça ??

 

Tout ça, ce ne sont pas des raisons d'aimer. Ce sont simplement des choses, des traits de caractère, des détails que j'aime chez lui. Mais pas la raison même de l'Aimer. Aimer, ça va chercher plus loin, ailleurs, nulle part, dans l'Infini

 

Quand il me demande pourquoi je l'aime, je réponds laconiquement "je ne sais pas. C'est comme ça". Toutes les raisons citées plus haut me semblent bien futiles et bien égoïstes pour mériter d'être mentionnées. 

 

C'est comme ça. Je pense juste au fond de moi que l'univers, la vie, le temps et que sais-je encore ont comploté depuis ma naissance pour que je Le rencontre à ce moment là de ma vie et pour que nous nous aimions. Sans nous poser de questions.

 

Ca, je ne le lui dis pas. Parce que j'ai la conviction qu'il le sait. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

GenOminD 04/11/2013 21:39

Sentiment amoureux & amour


Selon moi, ce qu'on appelle le "sentiment amoureux" n'est en fait qu'un stimuli hormonal (sensation physique), illusoire (car idéalise la personne), spontanée (et donc instantané) qui extériorise une pudeur toute particulière (ressenti personnel interne).

Les sentiments, comme l'humeur régissent du niveau hormonal. Les femmes lors de leur règles ou les hommes lors d'une envie sexuelle voient leur humeur changer. Les personnes présentant des problèmes au niveau de la thyroïde présentent des problèmes hormonaux mais également d'humeur. L'humeur, les sentiments dépendent donc des hormones.
Les phéronomones, l'endorphine, l'ocytocine et l'adrénaline subtilement équilibré et émise dans un timing particulier fournissent ce sentiment amoureux. Sentiment qui n'est jamais très long sur la durée. Mais qui peut être très intense. Lorsque les phéromones et l'adrénaline sont en plus grande quantité que l'endorphine et l'ocytocine provoquent entre ces deux personnes, ce qu'on appelle un coup de foudre.
Bien sûr cela n'est pas que hormonal - nous ne sommes pas des bêtes. Une certaine longueur d'onde (ou sensation de même longueur d'onde) permet à ces hormones de communiquer entre deux personnes, la état électro-magnétique (aura, charisme) entre ces deux personnes les placent dans un état capable de recevoir l'énergie (électrique, chimique et magnétique) de l'autre. Cette sensation de bonheur est générée par l'endorphine, la sensation d'attachement par l'ocytocine, la sensation de désir par les phéromones et l'adrénaline étant présente pour donner la fougue nécessaire au rapprochement; l'accélération cardiaque et donc d'une certaine manière au désir.

Ce qui stimule ces hormones est lié au visuel, à l'odeur ou à l'image qu'on a de la personne, comme par exemple dans le cas de l'amour platonique ou de l'amour virtuel. Dans ce dernier cas, l'espoir et l'exigence peuvent amplifier les ressentis. Internet offre la possibilité à deux personnes qui communiquent de communiquer avec moins de limite (distance physique), moins de tabous (anonymisé par un écran) mais aussi par une première expression souvent écrite, donc plus réfléchi mais sujette à des mal-entendus. Ce stimuli est alors une réaction interne face à un évènement externe. C'est donc cet environnement qui créé la possibilité dans notre système interne de réaction physiologique (afflux d'hormones).

Prenant en considération ces changements physiologiques, ce qui est perçu alors de l'autre est déformé; car idéalisé, exigé ou espéré. Il y a donc ce voile qui se créé. Les yeux sont directement liés au cerveau et donc influencé par les hormones. Quand on dit d'une personne qu'elle est "sur son nuage" en réalité, c'est à prendre au sens propre : cette sensation de légèreté est lié au changement hormonal. Cette même personne sans ces changements serait la voir telle qu'elle est et la considérer comme ce qu'elle est : un être humain unique générateur de situations. La réalité est par définition superposé à nos sens. La réalité n'existe que par nos sens. La réalité est donc subjective et donc influençable. Rien n'existe sans interprétation et donc rien n'est complètement neutre ou "vrai". L'illusion de l'amour n'est pas dans le fait que l'amour n'existe pas ou le sentiment amoureux n'existe pas. L'essence de cette illusion est interne à chacun car cette essence nous relie les uns aux autres. L'amour inconditionnel nait d'une lucidité et une objectivité maximale, d'un recul galactique sur ce qui est. Ce recul éliminant de lui même la notion de désir, de (dé)plaisir, d'espoir ou d'exigence, il créé une relation qui semble directe entre soi et le tout, entre le "ça" et le "surmoi" de telle manière à se sentir relié en chaque être vivant. Un peu comme un hymne à la vie sous toutes ces formes.

La spontanéité se fait d'elle-même, sans cause extérieure. Son essence est donc interne. Une réaction spontanée est très souvent lié à un ressenti temporel et donc très souvent instantané (lié à un instant) donc court dans le temps. Ressentir le "sentiment amoureux" pour une personne est normalement un processus naturel. Ressentir l'amour n'est donc pas réfléchi. L'amour d'une personne pour l'autre peut être réfléchi. Avoir un ressenti, exprimer un sentiment, est lié au temps : à moins d'avoir une pathologie, un ressenti n'est pas censé être permanent. Si je dis ressentir de l'amour, c'est par comparaison à l'instant précédent. Quel que soit ce qui est ressenti, à partir du moment où il est exprimé, le ressenti prend toute sa valeur aux yeux de l'autre au moment où il est exprimé et n'existe qu'au moment où il est exprimé. Cette expression relève de la pudeur.

Exprimer ses sentiments, quels qu'ils soient relève de la pudeur : la difficulté de se confier, ou alors d'exprimer ses sentiments nait de l'extériorisation de son état psychologique et physiologique. Il est exprimé par des mots, par un regard, un geste, qui dévoile une partie de soi les plus intimes qui puisse exister. Si la pudeur est estimée être franchie au delà d'un contact à moins de 5 cm, qu'en est-t-il lorsqu'il s'agit de parler, d'exprimer, de son état intérieur envers quelqu'un qui exprime également cette attirance ? La difficulté de communiquer ses sentiments est un mécanisme naturel de protection de son mental face à ses réactions hormonales. Je pense que les personnes qui expriment les mots "je t'aime" facilement le font car ces mots prononcés sont réfléchis.

C'est pour cette raison que dans une relation virtuelle ou platonique les ressentis amoureux sont plus intenses, car ces mots tant espérés sont bien plus facile à exprimer à l'écrit loin de son partenaire que de vive voit sous le regard aimant de la personne.

Tout cela relève du sentiment en lui même.

L'amour en lui même est très simplement défini par le bonheur du bonheur de l'autre. Se basant sur cette définition, dire "je t'aime" implique moins de pudeur, mais plutôt une forme d'engagement et donc plus lourd à exprimer.

Je pense sincèrement que "je t'aime" a perdu tout sa valeur, lorsqu'on a voulu mettre en avant le plaisir instantané (matérialisme). Le rapport au sexe influençant directement les relations, le rapport à l'argent, à la nourriture mais également aux "autres" (population locale).
L'amour été influencé par notre environnement. La façon d'aimer a changer. La responsabilité qu'il implique s'est effacé au profit du perfectionnisme (concept commercial) en espérant "toujours mieux" au même titre qu'on veut "toujours plus", pour avoir "toujours plus". Au point où "avoir plein de conquêtes" est devenu plus glorieux que "d'être avec une conquête depuis tant d'années". "Avoir" a pris le dessus sur "Être" : c'est de là que le superficiel est né : on a commencé à confondre "être" avec "avoir" à un tel point où pour "être" il faut "avoir" ! La beauté extérieure est devenue prioritaire face au bonheur intérieur : la pudeur a peu à peu perdu du territoire, d'où l'exhibition de plus en plus de monde, et l'instabilité des couples.

"Pourquoi tu m'aimes ?"
Y répondre peut être simple (grâce au recul), peut être impossible (car de l'autre côté, l'amour est ressenti) et peut être plus subtile que ça. La sensibilité des personnes étant un facteur important. L'existence de la question est une intention. Une intention de bâtir quelque chose de solide ou de détruire quelque chose de fragile.

Au jour d'aujourd'hui, j'ose dire à ma chérie "je t'aime" - dans les deux sens que j'ai exprimé dans ce texte.

Si j'ai essayé de décortiquer tout ça ici, il n'empêche que ce sentiment reste le plus beau, tout simplement car il génère du bonheur entre deux êtres vivants, et sans cela, je ne serais pas là à écrire ceci (je remercie mes parents), à travers ces outils (les parents des inventeurs de chacun des outils nécessaire à la communication). L'amour est en fait fractal : quand on s'aime soi même, il est plus facile d'aimer l'autre. C'est (censé) être l'essence de chaque religion (liens entre humains). N'oublions pas que c'est la politique (intérêt d'un leader) qui ont créé la compétition entre les groupes (conflits).

Merci d'avoir pris le temps de me lire, merci pour cet article.

hema 24/08/2013 07:42

Je l'aime par-ce qu'elle possede toutes les qualites de la femme de mes reves.

Cette pierre va doit a toi ma cherie,
L. Milambo

top.produits.bebe 19/03/2011 21:59



Futiles, pas tant que ça, car l'amour est un tout qui se nourrit d'apparences et d'âme. C'est ce qui nous distingue les uns des autres, c'est ce qui fait qu'on aime quelqu'un plutôt qu'un autre.
Tu n'aimerais probablement pas quelqu'un que tu trouverais stupide, rustre et laid ! Tout comme je ne crois pas qu'il n'y ait qu'un seul grand amour dans une vie. Le plus dur, c'est de trouver LA
bonne personne. Certains passent leur vie à la chercher. Comme toi j'ai eu la chance de trouver mon mari sans trop passer de temps à charcher, et j'ai beaucoup de chance !



La journaliste IT pink & green 20/03/2011 17:57



Oui tu as raison, l'amour se nourrit de tout. Mais j'essaie de distinguer ce pour quoi je l'aime vraiment "lui", et pas "moi-même" à travers tout le bien-être qu'il me procure. Et c'est très
difficile, car nous sommes des êtres profondément tournés vers notre nombril, finalement !



Madamezazaofmars 18/03/2011 14:11



Moi je lui demande toujours " tu m' aimes comme avant ? "


Mais avant quoi ?



La journaliste IT pink & green 20/03/2011 17:56



Avant... comme au début sans doute ? Ca je lui demande pas car en réalité j'espère qu'il m'aime autrement : plus, mieux ! 



Alister 18/03/2011 13:14



On aime par dessus tout aimer pour se sentir aimer en retour... J'adore ta vision des choses et chez nous on a repris  le sloggan de Buzz l'éclair : On s'aime à l'infini et au
délàààààààààà!!!



La journaliste IT pink & green 20/03/2011 17:55



J'aime beaucoup ce slogan