Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du bon usage de l'amitié

par La journaliste IT pink & green

publié dans Mon nombril

"Amies à la vie à la mort", "tout se dire", "toujours là pour toi". 

Au cours de ces derniers mois, ou plutôt de cette année écoulée, j'en suis revenue de mes concepts éculés sur l'amitié. Et j'ai trié, d'abord malgré moi, ensuite pour moi.

 

Je n'ai jamais été "La" super copine. Celle à qui on colle l'étiquette "super populaire" à l'école. Celle qui fait rire, qui enrôle les troupes, mène son petit monde à la baguette, fait et défait les modes, celle qu'il faut compter dans son carnet d'adresses. Pas mon truc. Trop tape à l'oeil. Trop superficiel.

 

Mes amitiés à moi étaient discrètes, secrètes, profondes, partagées, Du moins le croyais-je.

 

Ce que j'ignorais, c'est que dans l'amitié on avait des comptes à rendre. Des devoirs. Je parle pas des devoirs qui vont de soi comme le respect de l'autre. Non. Je parle d'un devoir de tout dire. D'un devoir de parole. D'exclusivité D'un devoir, j'allais dire, de scoop. Un devoir qui, selon moi, bafoue complètement l'idée que je me fais de l'amitié, du respect de l'autre, du respect de ses choix, mais aussi de ses silences.

 

Depuis quand doit-on, au nom de l'amitié, se mettre systématiquement à nu quand quelque chose se passe dans notre vie ou notre coeur ??? Arrêtez moi si je me trompe, mais aimer quelqu'un, n'est-ce pas se tenir à ses côtés dans ses joies et ses peines, mais aussi ses silences ??? N'est-ce pas respecter son mutisme et rester là, attendre, dire qu'on est présent, qu'on comprend, qu'on ne force pas, qu'on sera là quoiqu'il arrive ??? N'est-ce pas là l'essence même de la véritable amitié ???

 

Hélas, visiblement non...

 

Déboussolée, dépitée, perplexe, je m'en suis allée quérir ce qu'était la véritable amitié. J'ai tapé sur mon ami gogole "Amitié" et "possession". Deux termes antagonistes dans ma tête, mais que l'expérience avaient malheureusement liés. Je ne fus pas déçue. "La possession est une amitié entre l'homme et les choses" écrivait Jean-Paul Sartre. Les choses ??? "JE" ne suis pas une chose, cria aussitôt mon coeur révolté ! Et pourtant, c'est bien le sentiment amer que j'ai senti dans la bouche au cours des derniers mois...

 

J'ai également lu ceci, qui me parle beaucoup.

 

Et l'amitié est une forme d'amour. 
L'amour est donc bien présent dans l'amitié. 
Mais, dans sa forme affective, l'amitié est différente de l'amour hanté par la possession. 
L'amitié est un amour tempéré par le respect. 
L'amitié sait mettre des limites. 
L'amitité respecte la distance. L'amitié aime la distance. 
L'amitié laisse libre. Elle ne possède pas, elle ne veut pas posséder l'autre.

 

Voilà, ça correspond bien à l'idée que je me fais de l'Amitié. Sachant que (mea culpa) je ne jette pas la pierre aux autres : je ne suis certainement pas une amie parfaite, à savoir la plus détachée d'elle-même, de ses intérêts, de son petit nombril, que les autres. Comme tout le monde, je cherche en amitié à satisfaire ma petite personne - et qui n'agit pas du tout ainsi est un(e) saint(e).

 

J'ai toutefois une pensée nostalgique et émue en repensant à ses amitiés effritées... Parce que j'ai lu cette phrase : Ce n'est que lorsque l'amitié se fait jalouse, exclusive, possessive, que ses frontières avec l'amour deviennent floues... et que tout se complique. Et je me dis que ces "amies" devaient m'aimer beaucoup pour réagir de la sorte à un simple mutisme de ma part. M'aimer beaucoup, oui...

Mais mal. Je balaie donc les regrets. Il n'y en a plus. J'avance. Libérée. Légère.

 

(PS : à bon(ne) entendeur(euse)

 

zumzum.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Coco 29/09/2012 22:18


Effectivement l'amitié est tout comme l'amour un lien compliqué à entretenir.


Il existe des amitiés d'une vie mais elles sont rares puis des amitiés qui se tissent et se détissent au fil du temps parce que l'on change ou parce que la base n'était pas saine, solide. Et
qu'il y manquait la notion de partage ...quand je parle de partage ce n'est pas se livrer sur tous les détails de sa vie mais partager aussi les silences justement car ils nous livrent aussi des
choses, encore faut il les entendre chuchoter ...


Après quelques déceptions en amitié et non pas parce que j'attendais de posséder l'autre mais plus parce que j'aurais aimer qu'on m'apprécie pour ce que j'étais tout simplement, et ce même dans
mes périodes de mutisme et de difficultés et pas seulement quand l'autre pouvait obtenir quelque chose de moi ...


Maintenant je reste méfiante, je ne sais pas si on me perçoit froide je ne pense pas juste j'ai été échaudée et je ne livre pas tout de ma vie, mais j'essayes toutefois de ne pas me fermer. Il y
a de belles âmes partout, ce sont celles qui ne jugent pas, qui apporte des conseils sans jamais imposer leur façon de voir les choses , celles qui respectent l'être que vous êtes au plus
profond, celles qui sont présentes quand tout est rose et aussi quand ça s'assombrit ... 


Je continues de tendre la main mais sans me donner corps et âme pour autant, je continues de prendre celle qu'on me tend quand je sens qu'il n'y a pas d'attente en retour juste une envie de
m'aider à m'élever, je continues de croire en l'humain malgré les déceptions et puis je me dis que j'ai surement déçue aussi de mon coté.

La journaliste IT pink & green 07/10/2012 16:43



Merci pour ton commentaire très intéressant, tu as tout bien résumer.


Avec le temps j'ai aussi appris à prendre du recul, à accepter les éloignements des uns et les déceptions des autres. C'est tellement plus facile quand on lâche prise.



BM 02/10/2010 09:51



oui mais parfois pour certains silence veut dire trahison...c'est je pense une question de caractère...j'ai une amie très chère, qui lorsque sa maman est tombée malade, n'a vécu que pour sa mère.
et pendant cette année longue pénible douloureuse pour elle et pour nous le silence totale...et je l'ai retrouvée avec bonheur en juin de cette année, mais certains de nos amis n'ont pas compris
son besoin d'éloigenement de silence de solitude et lui ont tourné le dos. Dommage oui de ne pas accepter les gens commes ils sont...