Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et ça te manque pas Paris ?

par La journaliste IT pink & green

publié dans Mon nombril

paris.jpg

 

Voilà une question que j'entends souvent. Paris, son métro, sa vie culturelle trépidante, ses cinés, ses expos, ses vitrines, ses magasins toujours ouverts, sa foule, ses théâtres, ses monuments (ses crottes de chien, ses taxis, son périph, son ciel gris... pardon je m'égare), ça te manque pas ? Genre, VRAIMENT pas ?

 

Et bien non les amis, ça ne me manque pas. J'ai vécu un peu plus de 10 ans en région parisienne (après 24 ans dans le Nord). Ce fut bien. J'ai eu un peu de mal à m'y habituer au début, mais ensuite j'ai adoré. J'y ai passé 10 ans de ma vie avec des hauts et des bas. Mes deux filles y sont nées, y ont grandi quelques années. Mais Paris, c'est derrière moi, et j'en suis contente. Zéro regret, zéro nostalgie.

 

Paris c'était le boulot, user mes talons dans le métro, courir dans les escalators sur la rangée de gauche (si tu cours pas, t'as intérêt à bien garder ta droite). C'était la course, marcher beaucoup, respirer très peu. Paris c'était le champagne et le toasts dans les conférences de presse, les fêtes, les soucis de nounou, l'appartement de trois pièces très cher, la garderie tard après l'école pour mes filles, le parc et la piscine le weekend, parfois une escapade de deux jours vers la Normandie et le bonheur de mettre deux heures à sortir de Paris et de son périphérique, pour retrouver la même chose au retour.

 

Paris c'était certes pas mal de sorties, du choix pour les soldes, le métro qui t'amène partout, la beauté de la ville. Mais aussi le brouhaha en permanence, cette odeur typique du métro et ce ciel jaunâtre la nuit sur les toits qui te fait oublier qu'il y a aussi la voie lactée quelque part. 

 

Non, je n'échangerais pour rien au monde ma ville contre Paris désormais. A Gap j'ai ralenti ma vie. Finis les talons des bottes et des escarpins usés sur l'asphalte. Maintenant je porte des sandales ouvertes et je marche lentement. J'ai appris à respirer, à marcher, à dormir. Je vis mieux. Evidemment ça n'est pas uniquement lié au lieu où je vis, mais à ma façon de voir les choses, mais ça joue beaucoup.

 

Et puis surtout ici il y a le SOLEIL, le ciel bleu, 300 jours par an paraît-il (et je le crois volontiers). J'ai beau aimer la pluie, son bruit sur les toits, son parfum, je dois bien avouer qu'avoir un ciel en permanence azur au dessus de sa tête, ça change la vie. J'ouvre le soir mes fenêtres et je vois les étoiles. J'ouvre mes yeux le matin et il fait bleu. 

 

Ce soleil en cadeau, ça joue sur l'humeur, sur la façon de s'habiller, sur les chaussures qu'on met, sur le déroulement de la journée. Même actuellement, alors qu'une grande majorité de la France subit un été bien pourri, ici il fait toujours beau. Ici je n'ai pas une panoplie de parapluies. S'il tombe trois gouttes, je dois me creuser la tête pour retrouver l'unique parapluie de la maison. Je peux même compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où j'ai du sortir la protection pluie du Petit Roi. Quant à lui, il vit pieds nus et dort sans turbulette !

 

Et c'est vraiment une chance, je dois bien le dire. Je ne pense pas que je pourrais me réhabituer à vivre sous un autre ciel... Et pour les enfants, je ne vous fais pas un dessin, entre l'appart riquiqui assorti au mini square et la vie au milieu des montagnes ensoleillées, il n'y a pas photo.

 

Non décidément je ne regrette pas Paris. Désormais, c'est Gap ma ville. C'est Gap mon foyer.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Bouboulette 21/08/2012 09:19


Idem... Et pourtant, j'y suis carrément née ;)


Même revivre en centre-ville de Toulouse, je ne pourrai plus... Et pourtant, des choses, enfin, la praticité me manque, mais sinon, non, et surtout pour les poussins ;)

La journaliste IT pink & green 23/08/2012 12:01



Ca joue énormément le fait d'avoir des enfants... 



Le Pêle Mêle de Cathy (Catherine BOUSSION) 24/07/2012 11:15


Bonjour,


C'est avec intérêt que je viens de lire cet article. En effet, je peux comprendre. Pour ma part, je viens de quitter la banlieue parisienne (le val de marne) depuis juin pour venir m'installer à
Paris. Je m'ennuyais à mourir dans ma petite banlieue tristounette. A Paris, je revis pour les raisons que vous avez évoquées. C'est à dire toutes les sorties, toujours du monde. Et lorsque l'on
vit seule, c'est très important. Mais que nous réserve la vie. Comme vous dans dix ans, j'aurais peut-être envie d'autre chose. C'est très bien de vivre comme on le désire et non pas de subir.
Félicitations et bonne continuation dans votre nouvelle vie.


Catherine

La journaliste IT pink & green 27/07/2012 16:24



Merci Catherine. Je comprends tout à fait qu'on puisse apprécier la vie parisienne après avoir vécu celle de banlieue. La vie à Paris est très riche !



eilora 24/07/2012 09:26


J'ai quitté Marseille il y a cinq ans pour Briançon, je vois exactement de quoi tu parles, et aujourd'hui je ne me verrai plus y vivre.

La journaliste IT pink & green 27/07/2012 16:24



Oh on n'est pas loin . D'ailleurs (hors sujet) ma sage-femme était de Briançon !



prettylittletruth 23/07/2012 23:49


C'est beau ce que tu écris, même si moi parfois, ça me manque Paris...

La journaliste IT pink & green 27/07/2012 16:25



Je comprends aussi qu'on puisse en être nostalgique, tu n'es pas la seule.


Merci !



Notre Bulle à Nous 23/07/2012 22:17


Ici c'est exactement pareil. Je n'imagine pas du tout mes trois garçons ailleurs que dans leur jardin au soleil aux portes des Cévennes.


Aujourd'hui pour nous Paris c'est 4 à 5 jours pas ans et ça nous suffit largement.

La journaliste IT pink & green 27/07/2012 16:25



Voilà, 5 ou 5 jours c'est PAR-FAIT !