Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le chemin de la guérison

par La journaliste IT pink & green

publié dans Mon nombril

Reflexion-1138.JPG

 

Quand je parle de la dépression, quand je raconte ce que j'ai vécu et que je dis je m'en suis sortie, la question qui vient presque automatiquement c'est "mais comment t'as fait ?".

Je n'ai hélas pas de secret à dévoiler, pas de formule toute faite à donner. J'aimerais, si vous saviez comme j'aimerais pouvoir dire "tu dois faire  ça, mange comme ci, arrêter tel médoc, réfléchir comme ça, lire tel livre, rencontrer telle personne, réciter tel mantra". Mais je ne peux que partager ce que j'ai vécu, être là, épauler, pointer quelques pistes et (surtout) redonner espoir à ceux qui pensent qu'ils ne sortiront jamais de cet enfer. Je l'ai pensé comme vous, je me suis cru condamnée. A cette époque là, j'aurais juste aimé qu'on me dise "ne t'en fais pas, tu souffres le martyre en ce moment, mais je te promets que cette torture a une fin. C'est possible. Tu n'es pas condamnée". C'était d'ailleurs le but de mon dernier billet, juste dire ne perdez pas espoir, je vous jure qu'on peut en sortir.

 

Mais le chemin de la guérison, on ne peut pas le décrire, il faut juste l'emprunter. 

On ne peut pas le décrire parce que déjà on ne part pas tous avec le même bagage. Dans mes valises j'avais ma gémellité, la recherche et la peur de Dieu , beaucoup de principes, de dogmes et de tabous, le deuil de ma grand-mère que je n'ai jamais fait, des  larmes que je n'ai jamais versées, un sommeil agité, des angoisses et l'envie de retourner "chez moi", sans savoir où se trouvait ce chez-moi (et il se trouvait bien " chez moi " justement, comprenne qui pourra).

On ne peut pas le décrire, parce qu'on n'a pas les mêmes blessures à guérir, les mêmes traumatismes à regarder en face, à accepter et à pardonner.

On ne peut pas le décrire ce chemin, parce qu'il n'est pas le même pour tous. Le mien est passé par un pétage de plomb, une noyade au fond de la piscine de mon âme, un  internement psychiatrique contre mon gré, une série de rêves, des rencontres fabuleuses, un arrêt complet et brutal des psychotropes et un (r)éveil à moi-même. Une résurrection. Des choses fortes et difficiles dont je ne regrette pas une seule seconde. S'il fallait en passer par là pour ressusciter, eh bien je le referais sans aucune hésitation. Parce que je n'ai pas seulement ressuscité, j'ai découvert une autre vie. Une autre Vie même.

 

Ca, c'était mon chemin. Le vôtre sera sans doute différent. Je souhaite juste que ce que je vous raconte sur ce blog constitue une petite lumière pour vous redonner foi en la guérison.

 

PS : si le coeur vous en dit, les liens vous amèneront vers d'autres détails.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

pro phone systems 02/07/2014 13:12

I have read a lot of articles on the topic depression. People who suffer this particular condition pass through a number of stages which make them feel weaker like never before. But, in today’s world there are many effective treatments to come out of this condition. Thanks for the post.

Alunir33 17/03/2013 15:45


Le Chemin de la Guérison, on ne peut le décrire, car il pourrait s'apparenter au chemin de la vie, si personnel à chacun. Cette idée de chemin est d'autant plus forte que c'est tout le contraire
de l'impasse. Il nous conduit alors à des carrefours qui nous offrent des directions à choisir.


Et je pense que ce chemin de la guérison nous pose alors sur le chemin du bonheur, car le bonheur n'est pas une quête ou un but à atteindre, mais bien justement un cheminement, un long parcours
dont la météo qui l'accompagne se joue entre intempéries douces ou acalmies sauvages...


Je pense qu'un état dépressif n'est pas à justifier (pour répondre à Madame Ordinaire), il est. Par contre, La cause initiale reste un traumatisme, quel qu'il soit et c'est pour cela que pour
soigner une dépression, il est parfois long et très difficile de retrouver le choc originel. Il aura suffit dans un temps très éloigné de ressentir un manque injuste, douloureux, insupportable
pour que l'accident de l'âme se produise. Tout au long du temps qui aura passé, on s'efforcera alors de ne plus jamais de ressentir cela. Mais au bout du compte, on aura enterré profondément
cette toute petite idée (tiens on se croirait dans "Inception") qui sera devenu un monstre véritable.


La vie aidant, on aura construit sa forteresse sur du non-authentique, du non-fondamental. Et au moindre coup de vent, c'est là que l'on va se mettre à vasciller et à avoir si peur que son
étincelle vital ne s'éteigne.


Et puis accepter sa guérison, c'est se reconstruire ensuite, ce n'est pas la guérir tout de suite, mais c'est bien accéder à la dernière phase de deuil qui va nous amener aux changements
obligatoires pour vivre mieux avec tout ce que l'on est.


L'aide que l'on peut apporter à un dépressif n'est certainement pas un "secouage de puce" partant souvent d'un bon sentiment. Je crois bien plus au soutien, à l'écoute bienveillante, à tendre la
main pour accompagner ou juste pour la tenir dans la sienne sur un moment immobile. Et encore plus dans la tendresse et la douceur pour choyer le tout petit qui se trouve enfermé dans un esprit
en souffrance, le rassurer et lui murmurer que la peur n'empêche pas le danger, mais que le danger peut être franchi, avec les moyens de chacun.


Ce que tu transmets dans ce texte est très fort et me parle, car il est proche d'une réalité que je connais. Ma soeur étant actuellement dans un état de dépression extrêmement grave. Et aussi un
contexte familial ayant traverser la dépression à différents temps de nos vies.


Alors, merci de ces mots qui ne peuvent que toucher ceux qui les lisent.

La journaliste IT pink & green 21/03/2013 10:47



Merci beaucoup Alunir pour ce long commentaire auquel j'adhère beaucoup. Je souhaite plein de courage à ta soeur, dis lui de ne pas perdre espoir.



Oscara 13/03/2013 22:43


ça fait du bien de "lire" ta guérison, même si le chemin emprunté a été éprouvant. Bises

La journaliste IT pink & green 17/03/2013 12:09



Merci à toi



Madame Ordinaire 13/03/2013 19:04


J'ai longtemps cru qu'il fallait un traumatisme, une expérience douloureuse ou bien diverses causes pour justifier une véritable dépression mais en réalité il s'en faut parfois de peu pour faire
sombrer une personne. Lorsque l'on met bout à bout toutes ces petites pierres qui nous pèsent, on s'aperçoit qu'elles pèsent bien lourd dans la balance... Je n'ai jamais fait de dépression, je
n'ai jamais pris de médicaments mais je sais que si j'avais consulté à certains moments, il y a de fortes chances pour que le diagnostic aurait pu être celui-là. Les mots que tu partages pourront
peut-être aider d'autres personnes qui auraient perdu espoir, c'est ce que je souhaite...

La journaliste IT pink & green 17/03/2013 12:11



C'est ce que les dépressifs entendent souvent, "regarde, tu es en bonne santé, tu as un boulot / des enfants magnifiques / un mari gentil blablablablabla. Sauf que quand tu souffres de
dépression, tout ton univers (aussi beau soit-il) est vu à travers un prisme qui déforme tout. Ce serait tellement simple sinon !


Merci pour ton commentaire :-*



Mamzelle-Mistinguett 13/03/2013 17:41


C'est marrant que tu emploie le mot "noyade dans la piscine de mon âme " aprce que mon article de deian, emploie presque ce terme ... sinon, comme tu dis, chacun doit trouver son chemin et OUI,
on s'en sort (pas toujours malheurueusement pour certains) mais on peut y arriver ...

La journaliste IT pink & green 17/03/2013 12:11



C'est marrant en effet :) on a pas mal de points communs je trouve.