Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les tics de langage maternels

par La journaliste IT pink & green

publié dans Enfant

gaga.jpg

 

Vous avez remarqué qu'en devenant mère on chope des tics de langage qu'on trouvait pourtant ridicules avant ? On se métamorphose en baby gaga en quelque sorte (je suis trop fière de ma vanne).

 

Par exemple, tout devient "petit". On enfile un "petit body" au bébé, on le couche pour faire un "petit dodo" (qu'on espère tout sauf petit), on lui change la "petite couche" (énorme) où il a fait un "petit caca" (explosif). On fait un "petit câlin" (gigantesque et rempli de bisous en réalité) et on s'enfile une "petite tétée" (bien goulue). Pourquoi ? D'où vient cette habitude de toute réduire au format riquiqui quand on s'adresse à un bébé ? En Slovaquie on ne procède pas tout à fait de la même manière, mais ça revient à peu près au même : on met des diminutifs à tout. C'est difficile à expliquer car la grammaire n'est pas du tout la même là-bas, mais c'est un peu comme dire peton au lieu de pied ou fillette au lieu de fille. Sauf qu'on le fait pour tous les mots, quitte à inventer des terminaisons gagatisantes. On le fait même avec les prénoms, c'est dire l'ampleur du phénomène.

 

Autre exemple, l'emploi du "je" ou du "me" qui disparaissent complètement au profil du "maman" et du "elle". "Donne à maman", "Maman elle va t'aider", "viens voir Maman", "ne touche pas, c'est l'ordinateur de Maman" (hum, du vécu). J'essaie d'y prendre garde maintenant qu'il grandit et de bien prononcer le "je" quand je parle de moi, le "tu" quand je parle de lui. Je me rappelle d'un module que je suivais quand j'étais étudiante, c'était un cours facultatif mais passionnant. Ca s'appelait la "philosophie du langage". Certains éléments m'avaient marquée, comme cette nécessité pour l'enfant de se différencier de sa mère en construisant son identité sur le "je". Comment pourrait-il le faire si moi-même je n'emploie pas le "je" quand je parle de moi ? Evidemment je glisse parfois sur le "maman va..." mais je me surveille.

 

D'ailleurs à ce sujet, samedi dernier j'ai croisé une mère de famille avec ses trois filles, âgées (à la louche) de 8 à 12 ans. Elle s'adressait aux trois en leur disant "maintenant on va chercher de la limonade parce que maman elle aime la limonade". Je me suis alors dit "bon, ce n'est visiblement pas leur mère, ça doit être une nounou ou une tante, peut-être que la mère est malade et elle a la gentillesse de penser à lui faire plaisir avec ce qu'elle aime ?". Mais non. La dame a poursuivi en disant "allez, suivez maman !". Donc c'était bien la mère qui parlait à ses grandes filles d'elle-même à la troisième personne. Ca m'a interloquée, je l'avoue.

 

Pire que le "maman" je trouve, c'est le "on". J'ai une copine qui ne parle que comme ça. Quand je lui demande comment se porte son fils, elle me répond "On va bien, on se réveille encore souvent mais on tète bien et on commence à s'éveiller au monde". Degré de fusion mère-enfant : 100. Attention à l'évaporation !

 

Heureusement d'expérience je sais que ça passe (ou pas d'ailleurs, cf la maman du supermarché  - mais ça doit être rare). 

 

Crédit photo : Maryann Koh

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

microsoft 1800 support number 02/07/2014 09:07

The mannerisms that change when becoming a mother is the root of the article. Here she tells us of the philosophy of the language that one follows when someone who doesn’t understand our language is with us and we have to care them a lot than before.

mim_ 24/11/2012 22:50


J'aime beaucoup ce billet !!


La plupart des tics de langage m'agacent très vite (surtout les miens ;-)), alors j'essaie d'être vigilante... le principe de base, c'est "ON est un con", la grande phrase d'une copine que je
trouve finalement très appropriée pour résumer l'emploi de ce pronom dans le langage parlé, dans la communication. Je travaille en structure d'accueil petite enfance, et je suis intraitable avec
mes collègues qui l'emploient à tout va, 'on ne grimpe pas sur les chaises', 'on ne fait pas ci, pas ça'... Comment les enfants peuvent-ils se sentir concernés ?


Quant à la fusion, j'ai connu il y a quelques années, au boulot, une mère qui répondait ainsi à toutes mes questions lorsqu'elle emmenait sa toute petite fille. Un jour que je lui demandais si A.
allait bien ce matin, j'ai frôlé l'incontinence lorsqu'elle m'a répondu : "Aaaaah oui ! ON a bien fait caca ce matin !!".

vieillebique 22/11/2012 18:40


pauv'bichon

MamyS 19/11/2012 19:09


Le "petit" n'est pas que de l'ordre maternel! Les cuisiniers te font un "petit" plat avec une "petite" carotte" un "petit" ceci et un "petit" cela...  En Allemagne on ajoute "lé" à tous les
mots pour ajouter cette touche minimisante, même aux prénoms (Peterle).


Voulant parler avec le "je" pour mon fiston alors très jeune, j'ai eu droit à une scène ubuesque: "je vais me laver les cheveux" dis-je. Tes miens? demande l'enfant. Non, les tiens (pour
correction du langage). Ouin! je veux pas laver mes cheveux! Non, pas les tiens! Les miens! reprend la mère. tes miens............ Abandon....

La journaliste IT pink & green 22/11/2012 09:21



Oh my God la scène des cheveux, très bon !  Merci pour ton com.



k. 19/11/2012 16:50


Ha ha haaa baby-gaga ! moi aussi j'aime beaucoup la vanne :P


 

La journaliste IT pink & green 22/11/2012 09:22



Rhooo merci ça me touche