Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maisons de naissance = caprice de bobo ???

par La journaliste IT pink & green

publié dans Frappée par...

Ph.JPG

 

Si la problématique de l'ouverture (ou pas) des maisons de naissance en France vous intéresse, je vous invite à lire un article publié par JIM.fr (Journal International de Médecine) : La majorité des professionnels de santé défavorables à l'expérimentation des maisons de naissance.

 

Plusieurs choses m'ont frappée, sans toutefois me surprendre. 

 

- l'hostilité du corps médical 

 

Et cette hostilité ne concerne même pas une "adoption" des maisons de naissance, mais une simple expérimentation de ces maisons. Autrement dit, on ne veut même pas leur accorder une chance, voir si ça peut fonctionner (et ce en dépit du succès rencontré dans d'autres pays) : on leur barre la route directement.

 

Sous couvert de "sécurité pour la mère et l'enfant", les gynécologues-obstétriciens protègent leur bout de gras. Ni plus, ni moins.

 

Quant aux sages-femmes, qui, elles, voient le projet d'un oeil favorable, c'est bien connu hein : elles n'ont pas voix au chapitre dès qu'il s'agit de décisions capitales à prendre autour de la naissance. Que ce soit dans la salle d'accouchement ou à la tribune médico-législative. 

 

- la position des pouvoirs politiques

 

Avec parfois des remarques pour le moins désobligeantes, déplacées et infondées.  Guy Lefranc, député UMP, ne se contente pas de qualifier les maisons de naissance de "maternités bobo", il condamne violemment leur "inutilité financière" et dénonce "un rapport bénéfices-risques particulièrement défavorable sur le plan scientifique"

Alors là permettez moi de m'insurger. Je trouve ça extrêmement vexant et non à-propos de coller une étiquette commune sur le front de tous les parents souhaitant un accouchement en maison de naissance. Je ne nie pas qu'un certain phénomène de mode a permis de faire connaître (et aimer) ce concept, mais je reste persuadée que lorsqu'on choisit une naissance plus naturelle pour son propre enfant, on répond à d'autres besoins que celui de coller à une mode passagère. Il faut être profondément convaincu qu'on agit pour le bien de son bébé, et son propre bien, quand on fait ce choix. 

 

Par ailleurs, à propos de la dimension économique de la naissance, je n'ai pas de chiffres sous les yeux, mais ça m'étonnerait fortement qu'un accouchement en maison de naissance coûte aussi cher que dans une salle d'hôpital ou pire, de clinique !

 

D'autres politiques tapent sur le manque de sécurité en maison de naissance, arguant que "les résultats médiocres de la France en terme de mortalité maternelle et foetale doivent nous interdire de baisser notre niveau d'exigence en matière de sécurité des soins" (Alain Milon, UMP). Sans jamais, bien évidemment, se poser la question de savoir si certains décès ne peuvent pas, justement, incomber à l'excès et à la systématisation de la médicalisation de l'accouchement à l'hôpital

 

D'autres fustigent même les sorties précoces des maternités classiques, nouveau cheval de bataille apparemment, notamment en raison d'une "résurgence de plusieurs ictères nucléaires, forme grave de la jaunisse du nourrisson" comme on peut le lire ici. L'ictère je connais, mes deux filles en ont fait un, et carabiné. Mais je trouve que c'est cruellement manquer de confiance envers les parents et surtout les professionnels de la santé qui suivent l'enfant à sa sortie que de penser qu'on passera à côté de milliers de cas d'ictères gravissimes si la mère et l'enfant ne sont pas systématiquement hospitalisés cinq ou six jours. 

 

 

- les souhaits des parents, dont tout le monde se fiche éperdument !

 

D'après une enquête demandée par le magazine Parents, 49,1% des femmes interrogées jugent que leur accouchement était  trop médicalisé. En d'autres termes : elles se sont senties seules et abandonnées. Pas étonnant que 25% d'entre elles souhaitent, pour une prochaine naissance, trouver une alternative pour accoucher de manière plus humaine ! Malheureusement, elles ont encore moins droit au chapitre que les sages-femmes. "Tais toi et pousse", telle pourrait être la réponse des obstétriciens à leur besoin d'accompagnement. 

 

Le feuilleton des maisons de naissance est loin d'être terminé. En tout cas une chose est sûre : elles n'ouvriront pas pour moi (du moins : pas pour ce bébé et cette naissance ). Je le déplore vivement. 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

C-cilou 13/01/2011 22:07



J'ai vécu en Allemagne quelques années et j'ai des copines qui ont accouché en maison de naissance, dont une qui a finalement accouché par césarienne. Aucun problème puisque l'hôpital était
adjacent. C'est le principe des maisons de naissance, et la garntie de sécurité qu'elles offrent, mais ça, les décideurs font semblant de l'ignorer.



La journaliste IT pink & green 14/01/2011 15:28



Exactement. Ils ne voient que ce qui les arrange. 



vieille bique 13/01/2011 21:29



oups c'est long lol



vieille bique 13/01/2011 21:28



moi aussi ça m'a fait rever pour la froussarde que je suis la maison de naissance aurait pu etre un bon compromis.
a la decharge de nos gyneco, comme dit y'en a des extra le mien par ex..., ils sont entrain de perdre du terrain et ce qui fait notre luxe en france d'avoir un tres bon suivi avec nos trois echo
, les assurances ne veulent plus les suivre car les parents sont de plus en plus exigents ils veulent un bébé comme à la télé...sauf qu'il est comme les parents, grand parents, grand oncle tante
(facteur voisin ;))


les jeune parent n'entendent que ce qu'ils veulent entendre et si on leur dit oui votre grossesse ne presente aucun risque c'est toujours a priori car le risque zero n'existe pas et si on leur
donne l'aval pour une maison de naissance et qu'il y a un couac... les gyne les auront sur le dos et c'est somme toute logique car  les patients on tendance a etre tout a leur bonheur leur
reve sur un nuage et si la realite est differente l'atterrissage est dificile et il faut un coupable ...donc je comprend qu'ils soient chatouilleux sur le sujet.ils ont peur des consequence et
que les assurances ne les suivent plus ...comme on dit tout cela est encore une histoire de gros sous de toutes façons.


maintenant le systeme hospitalier comme toute la fonction publique et d'etat par ailleurs on commence a etre gerer comme des entreprise privée on commence a nous demander du rendement  des
chiffres des stats de la reussites faire plus avec moins de moyens...hors on fonctionne sur du service humain et les gestionnaires tirent les cordons de la bourses pour tout...


les sage femme passent leur temps à faire des comptes rendus d'actes...donc oui l'accueil devient mauvais en hospitalier..


meme si je ne soutien pas le fait qu'on ne leur donne aucune chance je soutien quand meme nos gynecos car dans quelques années ce sera le generaliste qui vous prescrira la pilule.........



Gab 13/01/2011 10:14



... et pour assurer le suivi au long cours : on manque de gynécologue "de ville" (ou de campagne) un peu partout. Ca doit moins rapporter que les accouchements ! Pourtant la vie des femmes est
longue et il y a pleins d'autres évènements que la maternité qui nécessitent un suivi par un professionnel de santé formé spécifiquement. 


Dans ma ville, les SF libérales n'ont même pas accès au plateau technique... donc je n'ai que deux choix : hôpital ou maison. Pour moi, ce n'en est pas un.



La ptite graine folle 12/01/2011 20:32



Mais belle soeur est étudiante sage femme....et elles sont capables de nous apporter tellement plus que les gynecos (même si il y en a qui sont extra), c'est bien dommage que notre société ne
fonctionne qu'autour de ce que l'on peut se mettre dans le porte monnaie.
C'est bien dommage aussi qu'elles (les SF) en arrivent à "detester" les gynecos alors qu'ils devraient travailler ensemble pour notre bien être et celui de nos (futurs) enfants (je n'en ai pas
encore, c'est juste en projet...mais c'est un sujet que je cotoie de l'interieur) Ils devraient juste se completer....n'être là, eux, que pour prendre le relais en cas de problème grave!