Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Placer les élèves turbulents à côté des sages ?

par La journaliste IT pink & green

publié dans Frappée par...

classe.jpg

 

Tous les ans c'est la même chose. Après une semaine où mes filles rentrent de l'école ravies d'être assises à côté d'une copine ou tout du moins d'une personne avec qui elles s'entendent, elles s'en retournent légèrement dépitées. Pourquoi ? Parce que la maîtresse a revu le plan de la classe. En une semaine, elle a eu le temps de jauger un peu les tempéraments des uns et des autres afin de procéder à quelques réajustements. Et c'est toujours le même schéma qui se reproduit : l'instit place un enfant turbulent, distrait ou très bavard à côté des enfants sages. Dont elles.

 

Alors je suis pas en train de dire que mes filles sont des anges. Du tout. Elles ont toutes les deux leurs caractères (comme n'importe quel enfant) et savent se comporter comme de vraies têtes de pioche à la maison. Mais il se trouve qu'à l'école elles ont un comportement plutôt exemplaire (parfois j'aimerais que ce soit l'inverse, parfois seulement...).

 

Elles sont donc faciles à l'école et les maîtresses ont tendance à systématiquement leur coller un voisin dissipé ou remuant, dans l'espoir sans doute de l'assagir grâce au fluide magique qui (tout le monde sait ça) se dégage des enfants sages (mouais). D'ailleurs je n'affabule pas et j'exagère à peine : les instits eux-mêmes ne s'en cachent pas. Cette méthode de placement est purement stratégique et ils le disent volontiers.

 

Et ça m'agace. Je sais bien qu'on ne peut pas placer tous les enfants turbulents ensemble. Je sais bien qu'il faut jongler avec un plan de classe, avec des affinités, avec des caractères plus ou moins affirmés, avec des conflits qui éclatent en cours d'année aussi. Mais quand même. Je trouve ça frustrant pour les enfants sages d'être "récompensés" de la sorte : se taper le cancre turbulent qui, au mieux, sera un peu bruyant et distrayant et au pire même pas sympa, voir violent (vécu chaque année aussi, hélas).

 

Si ça m'énerve autant c'est sans doute aussi parce que j'ai connu la même chose quand j'étais gamine. Je me souviens en particulier du CM1. L'instituteur m'avait flanquée d'un petit Martin qui devait faire 10 centimètres de moins que moi et qui était brutal. Oui c'est le mot. J'avais peur de lui. Il me bousculait sans arrêt,il  faisait tomber mes cahiers pour le plaisir, il me donnait des coups de coude pour que je rature mon cahier. Evidemment tout cela passait inaperçu et évidemment moi je ne disais rien. Le prof trouvait même qu'il s'était assagi à mes côtés (tu parles).

 

Tout cela a (quand même) pris fin un beau jour parce que le Martin en question m'a carrément fait tomber par terre en me donnant un violent coup de pied dans le talon. En guise de réponse l'instituteur lui a rendu la pareille. Oui je sais que la méthode est répréhensible, elle me choque aujourd'hui, à 37 ans. Mais quand j'en avais 9, je ne l'ai point blâmé. Parce que j'étais juste soulagée de le voir tomber par terre comme moi, puis se relever piteusement pour s'excuser. Oui, ce fut une délivrance je dois dire.

 

N'empêche que le mal était quand même fait, et je détestais tous les professeurs qui me collaient les élèves les plus sauvages dans l'espoir que je les assagisse. Moi j'avais juste peur... Je voulais qu'on me laisse tranquille. Je voulais être assise à côté de mes copines.

 

Alors voilà, je n'aime pas voir que cette situation se reproduise pour mes filles. Elles sont sages, et alors ? Elles ont aussi le droit d'avoir des voisins de classe calmes, sages et attentifs. Lorsqu'un instit punit un élève en le séparant de son acolyte préféré, il ne se rend pas forcément compte que la sanction touche aussi l'élève qui récolte la compagnie de l'enfant turbulent. Et que cela peut affecter son attention, sa motivation ainsi que la qualité de son travail.

 

Evidemment je n'ai pas de solution à apporter à cela, je pense que les instits doivent prendre en compte tout un tas de paramètres et que ce n'est pas chose aisée pour eux. Ce jeu des chaises musicales est sans doute très délicat. Mais cette situation m'exaspère quand elle dégénère vers de la frustration, voir de la violence et de la peur. Je pense que j'en toucherai un mot  à l'occasion, quitte à passer pour la mère relou, exigeante ou peu compréhensive. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Sarah 30/01/2014 20:58

je suis en cm1 et j'ai 8 ans et nous sommes 18 dans toute l'école( classe unique )

je suis très sage j'ai sauté une classe, dans notre groupe il y a: 3 cancres et 2 sage (il n'y a qu'une fille donc moi)

je suis placé avec le plus bête de l'école: 11 ans redoublé et qui ne fait que parler et depuis je discute en cours, quand il était absent je me suis mis avec Léo qui est très sage et j'ai travaillé comme avant

j'aimerai arreter d'etre avec lui mais on ne m'écoute pas

louvero 24/09/2012 23:45


bon moi j'ai bien une solution mais on va me dire non, trop cher, pas assez de place dans la classe ;), quoique... : des tables individuelles placées en décalé pour qu'il n'y ait pas d'effet côte
à côte. Ambiance salle d'examen, lol. Bon et puis un jour par semaine par ex., on rassemble les tables autrement pour un travail de groupe. voilà c'était en passant... :)

La journaliste IT pink & green 07/10/2012 16:45



J'y ai pensé figure toi ! Et ce serait l'idéal de temps en temps. Malheureusement (comme pour beaucoup d'enfants) les classes sont microscopiques...



Vaallos 24/09/2012 15:40


Je dois que je me suis toujours demandé pourquoi faire des tables double. Puisque de toute façon 2 sages en semble, OK c'est cool, ils résistent tous les deux à la tentation de papoter (ou ils ne
peuvent pas s'encadrer), alors pourquoi les tenter ?


Deux bavards, forcément.......


A la limite ça serait pour de l'entraide avec des histoires de niveau, mais dans mon souvenir, on n'était pas du tout poussé à aider son voisin, on était plutôt priés regarder chacun sa feuille.
Dans ce cas, autant avoir chacun sa place aussi ??

Lucky Sophie 19/09/2012 22:37


C'est pareil pour ma fille et la maîtresse l'an dernier m'avait dit qu'il lui faudrait passer la moitié de la classe en bureaux isolés si elle ne voulait pas faire comme ça...

La journaliste IT pink & green 20/09/2012 08:44



C'est bien là le challenge pour eux... Ca doit pas être facile mais c'est frustrant pour les enfants calmes...



MissBrownie 19/09/2012 22:19


Dans l'école de mes enfants, au cours de l'année, ils changent plusieurs fois de voisins et ils sont plutôt rangés par niveau. Les bons sur une rangée, les moyens sur une autre et les moins bons
encore sur une autre.


Chupa s'est mise au fond de la classe le 1er jour et là, elle commence à le regretter...

La journaliste IT pink & green 20/09/2012 08:44



Elle ne peut pas demander à changer ?