Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avant la naissance, les sentiments qui m'habitent

par La journaliste IT pink & green

publié dans Mon nombril

Bebe-3341.jpg

 

A 21 jours de mon terme théorique et en dépit des dégâts qu'ils causeraient dans le jardin si on les laissait faire, j'ai beaucoup d'empathie pour les escargots. On se moque de leur lenteur, mais qui supporterait de devoir transporter une coquille aussi énorme sur son dos en permanence ?

 

Je me sens comme l'escargot : lente, encombrée, ralentie dans ma course par mon gros ventre.

 

Lors de mes deux grossesses précédentes, et même pour celle-ci il n'y a pas si longtemps que ça (enfin si, une éternité), quand on me demandait si "c'était pas trop lourd", je haussais nonchalamment les épaules. Lourd, un ventre de femme enceinte ? Non, certainement pas.

 

J'ai révisé mon jugement : oui c'est lourd, j'avoue que je peine, je me traîne, je mets cinq minutes à me lever du lit, j'avance lentement, j'ai du mal à me retourner dans mon lit. C'est LOURD ! Ce ventre énorme je le sens peser sur mes hanches, dans mes articulations, dans ma cage thoracique. J'ai pris 12 kilos mais surtout 40 ans dans la face ! Je suis mamie, malhabile, macrosomique, mammifère engourdi et gauche. 

 

Alors évidemment je suis impatiente, j'ai hâte de retrouver forme humaine ainsi que toutes mes capacités physiques, et j'ai surtout hâte de découvrir la bouille de mon Petit Roi. Mais la vie est parfois surprenante : alors qu'il y a quelques semaines je devais me ménager pour le garder au chaud, aujourd'hui sa Majesté trouve son logis à sa convenance et ne semble pas vouloir rendre les clés. J'ai certes le col ouvert depuis quelques semaines, mais ça ne le décide pas pour autant à quitter son palace.

 

Je suis lasse aussi. Même pas envie de surfer sur Internet ni de bloguer. Pas seulement en raison de la fatigue mais parce que j'ai surtout envie de me concentrer sur autre chose. Le PC ne m'attire pas, je reste attentive à mon ventre et uniquement à lui. C'est peut-être une manière de préparer la naissance de mon Fils, qui sait ? En tout cas je ne me force pas, instinctivement je me replie dans ma coquille... comme l'escargot finalement.

 

Et même si c'est un peu rude comme fin de grossesse, j'essaie de positiver et de profiter à fond de la présence de mon Bébé in utero. Apparemment il est bien avec sa Maman, et je sais très bien que dans quelques semaines je songerai avec nostalgie aux petites (ou plutôt immenses !) ondulations qui déforment mon ventre...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

So busy ! 09/06/2011 21:59



Quel bel article ! C'est très bien écrit, et touchant...j'espère pour vous que cette fin de grossesse se passera pour le mieux. Bon courage surtout !



estelle 09/06/2011 18:23



Un bien joli billet, dans lequel beaucoup se retrouveront.


Torpeur, attente, comme la nature un jour lourd de plein été qui attend l'orage.


Quel bonheur ça va être ce petit bébé-roi.


Internet peut se mettre en pause, il y a mieux à faire.


Bises... 



Béa of la Béabloguie 09/06/2011 09:50



Quel joli texte (encore ;-) ! )... entre compréhension et compassion (ça me rappelle des trucs, quand même...), je pense bien à toi ! Je crois qu'il y a dans quasi chaque instant de la grossesse
une forme de magie (non, j'ai pas fumé la moquette, je suis au courant que y'a pas non plus que du glamour et que des pluies d'étoiles qui partent d'un arc en ciel), comme ces moments d'écoute
exclusive de la maman escargot...



Mamanblog 09/06/2011 08:53



Profite de ces derniers moments qui c'est vrai ne sont pas très marrants mais on les regrettent dès que l'on a accouché ;-)


Et puis Internet t'attendra....



maman@home 09/06/2011 08:39



Tu as magnifiquement décris la fin de grossesse, mais profites en tout de même parec que après ça explose !!! Bientôt la rencontre ça va être tout doux...