Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Végétarienne depuis un an : le bilan en huit points

par La journaliste IT pink & green

publié dans Green

bouche

 

Ca fait maintenant un peu plus d'un an que je suis devenue végétarienne. Comme ça. Du jour au lendemain. Alors que j'étais très carnassière et que j'adorais la viande rouge, bleue si possible, saignante ou crue encore mieux.

 

Alors un an après, quel regard je porte sur ce changement ? Ai-je craqué ? Quels points positifs puis-je en retirer ? Le végétarisme en un an et en huit a-priori.

 

"T'auras des envies irrépressibles"


J'ai arrêté de manger de la viande sans préavis. Chez beaucoup de végétariens (d'après ce que j'en ai lu) le changement se fait progressivement : réflexion, diminution des quantités, suppression de la viande rouge puis blanche... Une révolution en douceur. Moi j'ai arrêté du jour au lendemain. Sans y avoir réfléchi, sans avoir planifié, sans m'y être préparée. Mieux : quelques jours auparavant je crois, je clamais encore que personne ne m'enléverait mon steak !

 

J'étais donc complètement déterminée, complètement décidée, complètement retournée comme une crêpe dans ma tête. Mais la crainte de voir les envies de saignant réapparaître, grossir, enfler, envahir ma vie, allant jusqu'à m'obséder, et bien cette crainte me taraudait franchement. Je dois le dire. J'avais peur d'avoir envie. Comme l'envie d'une cigarette pour quelqu'un qui tente d'arrêter de fumer. 

 

Mais non. Rien de rien. Je ne me suis pas surprise à baver devant les pubs Charal, ni à loucher sur l'entrecôte saignante à la table voisine au resto. Je me sentais détermination et satisfaction.

 

"La viande, ça finit par dégoûter"

 

Quand j'ai cessé de manger de la viande, je regardais la viande du supermarché ou cuisinée à la télé avec une idée en tête : je me disais "je sais que c'est bon, le goût est délicieux, mais je ne veux pas en manger". Il s'agissait véritablement de volonté. Pas d'un choix par dégoût de la viande ou des conditions d'élevage des animaux.

Mais peu à peu ma vision de la viande a changé, sans que je me rende compte comment : je peux le dire, désormais j'éprouve un petit sursaut de dégoût quand je vois un morceau de chair rouge, tranchée, sectionnée. Dans ma tête et mon estomac, c'est désormais devenu quelque chose d'assez répugnant à manger. C'est de la chair vivante, au même titre que mon bras ou ma cuisse, ni plus ni moins. Je vois la viande comme vivante et je n'ai pas envie d'en manger.

 

viande.jpg

(mmmmhh ça donne envie hein ?)

 

"Avec la cuisine végétarienne, tu tournes vite en rond"

 

J'avais un gros à priori concernant la cuisine végétarienne au quotidien : elle devait vite être gagnée par la routine. Le manque de choix. L'impossibilité de proposer des menus variés et attirants.

 

Et bien là encore j'avais tout faux. Il faut savoir que lorsqu'on devient végétarien, on "pense" sa nourriture tout à fait autrement. On achète, on accomode, on déguste et on varie autrement. La grosse différence tient dans le fait que le repas ne tourne pas autour de la viande. Quand on est carnivore, on fait les courses en se disant "je vais faire un poulet rôti/des steaks/des escalopes" et ENSUITE on réfléchit à l'accompagnement. Quand on ne consomme plus de viande, on réfléchit avant tout à la source de protéines : il faut qu'elle soit riche, mais bonne aussi.

Et on fouine beaucoup dans les légumes.

On fait plein de mariages auxquels on ne pensait pas tant que la viande jouait le premier rôle.

On fait encore davantage appel aux épices, aux aromates, à la sauce, aux différentes formes de cuisson, à la présentation...

On inaugure de nouveaux modes de cuisson. Et je vous assure qu'on mange varié tous les jours.

 

"Les enfants ne s'y feront jamais !"

 

A la maison je ne cuisine plus du tout de viande et nous n'achetons quasiment jamais de jambon. Toutefois mes filles mangent à la cantine deux fois par semaine et je n'ai pas demandé qu'elles y suivent un régime particulier. Le végétarisme c'est notre choix, pas le leur. Pareil au restaurant, si elles veulent une pizza au jambon, des nuggets, des moules ou un steak hâché, elles prennent ce qu'elles veulent. Mais je ne me vois absolument plus cuisiner un poulet ou des tomates farcies avec de la viande à la maison. Et elles ont très bien accepté ça. Elles ont même découvert de nouvelles saveurs qu'elle ne connaissaient pas. 

 

"Si tu ne manges pas de viande, tu auras des carences"

 

En quinze mois de végétarisme je n'ai pas été malade. Bon je n'étais déjà pas souvent malade avant, mais cette année rien, ni grippe, ni angine, ni gastro, ni rhume, ni toux. J'ai, tout au plus, chopé la crève cet été en restant trop longtemps devant la clim. 

Et puis comme j'ai été enceinte au cours de cette année meat free, j'ai eu mon lot de prises de sang et autres contrôles de santé. Résultat : un manque de fer et une chute de mon taux d'hémoglobine pendant la grossesse, mais tout à fait identique à ce que j'avais déjà vécu quand j'attendais mes filles (en plus ma sage-femme m'a prescrit des comprimés de fer particuliers, ils ont reboosté mon hémoglobine en un temps record !). Le végétarisme me réussit plutôt bien.    

 

"On maigrit en arrêtant la viande"

 

C'est peut-être là que le bât blesse. Mais à vrai dire, ayant été enceinte puis allaitante (oui parce qu'en allaitant je ne maigris absolument pas, publicité mensongère, grrr) durant une bonne partie du temps, je n'ai pas le recul nécessaire pour dire si le végétarisme fait maigrir ou pas. Là j'allaite. Et donc j'ai faim. Je pense que je pourrais en tirer des conclusions une fois que j'aurais arrêté d'allaiter.

 

"Le végétarisme allège aussi le porte-monnaie"

 

Je n'ai pas de chiffres précis à ce sujet, je n'ai pas pris la peine de calculer le prix de mon panier moyen hebdomadaire. Mais incontestablement, l'absence de viande allège le porte-monnaie. Et on la remplace par des denrées au pire équivalentes en prix (certaines galettes de soja toutes faites) et souvent pour la moitié voir le tiers du prix.

 

"Tu finiras forcément par craquer"

 

Ah oui, la grande question : ai-je craqué ? ai-je vidé en cachette un plateau de carpaccio ou fini une tranche de pâté dans le frigo ?

Et bien non !

Mais il y a un mais : j'ai mangé du poisson. Et pour moi ça constitue une entorse au régime végétarien, car  Non, les poissons ne poussent pas sur les arbres! Alors pourquoi ? Parce qu'enceinte, ma sage-femme m'a conseillé en fin de grossesse de recommencer à manger un peu de poisson (pour les minéraux, le fer, les omégas 3, la vitamine D...). Et idem avec le pédiatre de mon fils qui m'a conseillé de continuer une fois par semaine de manger un peu de poisson, tant que je l'allaite. A vrai dire je le vis bien, j'aime bien le poisson et il ne me dégoûte pas comme la viande rouge peut désormais le faire. Mais je pense qu'à la fin de l'allaitement, je cesserai aussi d'en manger. J'en consomme essentiellement par utilité, mais je peux aisément m'en passer.

 

vege.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Ekongkar 07/12/2016 19:01

Je découvre seulement aujourd'hui ce témoignage sympa et plein de couleur qui date de 2011... et donc avec quelques années de retard je glisse un petit "merci"

yoyo 09/04/2016 11:06

"Le végétarisme c'est notre choix, pas le leur" ... merci de remonter le niveau par rapport à ce que je peux voir autour de moi !

Karisa 19/11/2015 20:21

Bonjour et félicitation !

J'ai actuellement 20 ans et je réalise de plus en plus que le sucre et la viande me semblent inutiles dans mon alimentation... et de ce fait, je pense souvent à un bon bol de soupe maison, de pâtes avec quelques légumes, sans viande rouge !

J'adore manger du foie cru ou cuit, je préfère une cuisse de poulet à un steak, mais tout comme les aliments saturés en sucres, je finis par sentir un "marre de manger" après quelques bouchées. C'est donc pas pour "suivre la mode" ou "pour éviter la surconsommation (Laisser la nourriture aux personnes "puissantes" financièrement, cette idée ne me plait pas...), mais plutot parce que je sens mon corps qui me parle.
Je ne deviendrai sans doute pas totalement végétarienne (Si la Vie le veut), mais tous les témoignages que je lis m'encourragent à diminuer la quantité de viande dès que possible.

Mes craintes actuelles sont l'avis de mes parents et ma santé (Problème d'assimilation du fer depuis toujours, c'est de famille), mais je mangerai sans doute plus d'aliments végétaux pleins de fer. Qui sait si un changement d'alimentation pourrait rééquilibrer mon taux de fer, ce qui n'a encore jamais été totalement possible.

Tous vos témoignages m'encourragent et me donnent espoir, merci à tous ! Je vous souhaite que du bonheur avec une alimentation en accord avec votre corps et votre esprit =)

BEA 22/08/2015 15:25

Merci de ce billet, je me sens moins seule!!
j'ai toujours été une "viandarde" et une côte de bœuf ne me faisait pas peur!
Mais la prise de conscience a été au sujet de la surconsommation.
mais je parle avant tout de la mienne! avais je vraiment besoin de manger de la viande à TOUS les repas? bien sur que non. et j'ai fait le tri de tous les trucs que j'achetais que j'ingérais, que je me collais sur le visage...

Tout a commencé par le fait de ne plus utiliser de produits testés sur les animaux (shampoings, maquillage, etc etc). Mon portefeuille se sent bien mieux et mes cheveux et ma peau aussi!!!

Puis un jour, j'ai doublé un camion énoooorme où j'ai vu des animaux destinés à abattoir, entassés dans des cages bien trop petites pour eux.
Et là...eh bien j'ai ressenti de la peine...profondément. un peu naif me direz vous? certes: mais ce sentiment n'a été influencé par personne: il m'appartenait.
Et ce fut le déclic: j'ai simplement suivi ce que j'ai ressenti: je ne cautionnerai pas (plus) ce système là.

Je ne parlerai pas du fait d'être végétarienne car je mange encore parfois du thon (pas bien je saiiiiis) et des trucs simples genre surimi etc.
Je n'ai pas remarqué d'impact sur mon corps pour l'instant, cela fait trop peu de temps. Mais j'ai par contre déjà remarqué les effets sur mon entourage qui ne peut s’empêcher de me donner un avis que je n'ai pas sollicité.
"ben?! y'a pas de viande dans ton plat là?! Ne me dis pas que tu arrêtes la viande!!!" et à la simple réponse d'un "si, je ne mange plus de viande, mais ça va t'inquiètes pas...." les réflexions fusent comme si j'avais fustigé et accusé toutes les personnes présentes.
Comme si les choix même silencieux des uns étaient parfois une accusation des choix des autres.

Sinon, pour Pivoine:
je remplace par des légumineuses, du tofu (parfois préparé et c'est bon aussi) et si tu souhaites refaire les mêmes plats avec en quelque sorte un substitut, il existe les protéines de soja texturées: mais à ne pas manger à tous les repas, il faut varier...d'autres répondront certainement beaucoup mieux que moi...

Bonne journée!

pivoine 20/08/2015 17:10

Bonjour, j'ai 60 ans, je suis de plus en plus sensible à la souffrance animale et je pense de plus en plus à supprimer la viande de mes repas.
Comme j'ai des problèmes de santé, comment faire pour remplacer les protéines?
Ayant toujours cuisiné des plats de viande, je me dis mais que vais-je donc préparer chaque jour?
Pouvez-vous me donner des conseils?