Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déménager avec deux bébés, quelques astuces

par La journaliste IT pink & green

publié dans Enfant , jumeaux , maternité , confiance en soi , famille nombreuse , bébé , déménagement

Déménager avec deux bébés, quelques astuces

Déménager avec un bébé, on l'a déjà fait : en 2012 avec le petit Roi qui avait 8 mois et en 2015 avec une pastèque de 10 mois tout ronds (oui on en est à notre sixième déménagement en 7 ans et demi, cherchez pas, on est dingues).

Mais cette fois ils étaient deux.

Deux bébés de cinq mois.

Et quatre autres enfants en prime. Bon mes deux grandes on aidé (beaucoup) donc ça ne pèse pas dans la balance de la difficulté.

Ruben s'est surtout chargé de sortir malicieusement les jouets des cartons que je faisais (je les scotchais le plus vite possible du coup haha). Le petit roi a traversé une période difficile pile pendant le déménagement (du point de vue de sa santé) donc ça aussi c'était très compliqué.

Et il y avait deux bébés tout de même.

Dire que c'était facile serait mentir. Dire que c'était insurmontable serait mentir aussi. La preuve : on l'a fait et on n'est pas morts (enfin si, de fatigue, mais je pense que la canicule a énormément joué aussi).

Qu'est-ce qui nous a aidés à traverser le cap ? Quelques petits trucs que je vous livre en vrac. Oh pas de formule magique, mais des petits aménagements matériels et psychologiques aussi, tout simplement.

- le lit parapluie (un lit Aeromoov pour notre part) : il nous a été d'un grand secours à chaque fois que nous nous sommes déplacés dans le nouvel appartement pour le visiter, y prendre des mesure, déposer quelques affaires.

Il a aussi été énormément appréciable le jour J pour poser les bébés pour leur sieste, tandis que la maison était encore vide. Avec ma fille aînée, on a même "déménagé" Béryl endormie dans le lit parapluie depuis notre chambre vers une autre pièce, parce que les déménageurs faisaient trop de bruit en montant les placards. Ce fut... épique ! Car il a fallu faire glisser le lit mais aussi le soulever quand on rencontrait un carton. Béryl ne s'est même pas réveillée (je regrette tellement de ne pas avoir filmé ce moment, mais bon j'avais les mains bien trop occupées). 

- le porte-bébé : j'aurais bien aimé en avoir deux sous la main d'ailleurs à certains moments. Un bébé dans le dos pour faire les cartons ou vider les placards, c'était parfait en dépannage (devant en revanche pas du tout, enfin moi je ne trouve pas ça pratique du tout). Mes filles aussi s'en sont beaucoup servies (le mien est un Boba Carrier 4G).

- le coin bébé à proximité : dans l'ancien appartement, on a aménagé un petit coin toujours à proximité de l'endroit où on faisait les cartons pour y poser les bébés. Un tapis (tout simple hein, pas un tapis bébé), une couverture, des langes, des jouets... Les bébés ont passé beaucoup de temps là à jouer, à gratouiller des cartons à leur portée (évidemment on n'empile pas de cartons juste à côté de leurs têtes hein) et même à dormir. Ils s'endormaient facilement dans ce coin, au milieu de l'agitation générale.

- ne pas se prendre la tête avec les repas des grands enfants et des parents. Le régime pizza, sandwichs, salade pendant une semaine n'a jamais tué personne et ça évite pas mal de perte de temps, de cheveux blancs et de vaisselle à laver.

- si possible, déléguer. Faire appel à la famille ou aux amis pour garder les petits. Bon dans notre cas ce fut impossible, mais je dois dire que mes filles ont quand même vachement aidé à s'occuper des petits quand on devait faire des choses urgentes et rapides. Même les deux garçons se sont pliés en quatre pour faire les zouaves et occuper leur petite sœur et leur petit frère. J'avoue que j'aurais vraiment apprécié une aide de la famille (ma tante était là juste avant et ça nous a beaucoup aidés) mais on a bricolé avec ce qu'on avait et on a réussi. Merci à ma petite équipe !

- se reposer quand c'est indispensable. Ça paraît tout bête de dire ça, mais il y a eu des moments où j'étais vraiment épuisée, et j'ai décidé de ne pas tirer sur la corde. J'ai demandé de passer le relais pour une sieste d'une heure ou deux. Après, c'était reparti !

Et même ici, après le déménagement (oui parce que le truc trop chouette dans les déménagements c'est que ce n'est pas fini une fois les cartons et les meubles posés, que nenni, il y en a encore pour des jours). Dans une story sur IG je disais lundi soir que le lendemain je m'attaquais aux vêtements des enfants afin de les laver, plier, ranger dans les placards. Et puis finalement hier j'ai eu un coup de barre, de ras le bol, de pas envie. Alors je ne me suis pas forcée. J'ai pris une pause d'un jour. Bon j'ai tout de même déballé les derniers cartons cuisine, mais j'ai laissé tomber le reste du défi. Après tout, les cartons ne vont pas s'envoler, les bougres.

- jeter, donner. Je me suis rendue compte que lors des derniers déménagements on a emmené en vrac beaucoup de choses inutiles. Cette fois, hors de question d'empaqueter des petites merdouilles ou des choses totalement inutiles. Hors de question de passer des heures à mettre du bordel dans des cartons... pour déplacer ce bordel dans un autre logement. C'est débile finalement, quand on y pense. Alors j'ai trié. Jeté. Donné. Oh ce n'est pas encore parfait, pas encore fini. Mais tenez ma penderie par exemple : elle a diminué des deux tiers de son volume. Je n'ai gardé que ce que je porte vraiment. Idem pour les jouets des garçons.

Quel est le rapport avec les bébés, me direz-vous. Il n'y en a pas vraiment, si ce n'est que ce tri m'a permis d'être mieux dans mes cartons, mieux dans ma maison, mieux dans ma tête. Donc mieux avec eux. Donc c'est important. CQFD.

- se faire plaisir. Là encore, il s'agit d'être mieux avec soi-même pour être mieux avec ses enfants. Un resto, un shopping, un bain, un rendez-vous coiffeur... Peu importe, le tout c'est de ne pas s'oublier. Dans mon cas, ce fut un petit craquage sur des nouvelles chaises, transparentes. Parce que je déteste ma nouvelle cuisine, alors que j'aimais tant l'ancienne. Alors on a décidé de se faire ce petit plaisir, une nouvelle salle à manger, de nouvelles chaises pour aller avec notre grande table de ferme. Petit plaisir, grand bénéfice.

- se promener une fois par jour. Avec la canicule ce fut, hélas, problématique. Mais les jours où on a pu sortir la poussette et balader les bébés pendant une bonne heure, on a senti la différence. Ça leur faisait du bien. C'est du temps qui semble perdu pour les cartons, mais on y gagne au change : ils dorment mieux et sont plus calmes.

- empaqueter précieusement les choses indispensables aux bébés (vêtements - avec la canicule c'était superflu finalement -, biberons, couches, produits de soin...) et, si possible, les déménager soi-même (dans la poussette ou en voiture). Parce que le carton des choses indispensables perdu le soir du déménagement parmi 100 autres cartons, c'est le bad trip, si vous voyez ce que je veux dire.

- se répéter, comme un mantra, que quoi qu'il arrive, le jour fixé avec les déménageurs et bien déménagement il y aura.

Même si la veille c'est encore le bazar et que ça semble interminable.

Même si la veille les bébés sont énervés.

Même si on n'en peut plus de la poussière, qu'on sature du bruit du scotch qu'on déroule, qu'on a les doigts griffés à force de manipuler du papier et du carton.

Dans 4 jours, dans trois jours, dans 48 h, dans 24 h, dans 12 h, tout cela sera FINI. Et on dormira dans la nouvelle maison. Je me suis répétée cette phrase compte à rebours des dizaines de fois. Et psychologiquement ça aide.

- d'un point de vue pratique, ne pas oublier de se renseigner auprès de la CAF pour une aide au déménagement. Quand on a un enfant en bas âge (ou qu'on est enceinte), la Caf verse une prime déménagement bien utile je dois dire (il faut que ce soit au moins trois enfants par contre, en cas de grossesse le bébé est comptabilisé).

- se dire que d'autres parents de jumeaux l'ont fait avant nous et qu'on n'est pas pire ou mieux qu'eux. Alors tout ira bien. Yes you can !

Commenter cet article

Balou 09/08/2017 19:33

Yes we can, we always can !
Ici, pas de jumeaux, mais on a quand même déménagé à l'étranger, avec 3 enfants dont un nourrisson, puis une autre fois avec 4 enfants et un nourrisson, puis encore avec 5 enfants et un nourrisson, et enfin on a déménagé nous mêmes 100M3 avec 7 enfants dans une maison à refaire entièrement en plein automne .... On s'en sort fatigués, mais on s'en sort toujours. Hauts les coeurs, et bonne nouvelle vie !

Allychachoo - Famille en chantier 09/08/2017 10:55

Je me reconnais bien dans certaines de tes astuces, on a déménagé les petits avaient à peine + de 2 mois. Aucun stress, de mon côté tout du moins : j'avais tellement hâte de partir... J'avais préparé un max de cartons de choses non indispensables (livres, déco, vêtements) pendant ma grossesse, histoire de n'avoir à faire avec les 3 garçons dans les pattes que le minimum. Bon, l'étape "vider les cartons et aménager" a été plus longue, mais je devrais avoir rempli mon objectif : attaquer la rentrée en septembre avec la nouvelle maison nickel !

lexou 09/08/2017 09:21

J'ai vu tes grandes pas mal aider et c'est appréciable!L'année prochaine, sûrement pendant juillet août, ma soeur va déménager dans une nouvelle maison, cette fois ci leur première vraiment à eux en Savoie ans leur nouvelle région.Elle a trois enfants, qui auront 6, 3 et presque 2 ans.A mon avis on ira les aider, on prendra un gîte et on fera le déménagement avec eux pour gérer!Bonne installation à vous tous!!!!!!