Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le post-partum infernal

par La journaliste IT pink & green

Le post-partum infernal

On m'a dit "vous verrez on se remet très bien d'une césarienne", "dès le lendemain tu seras debout !", "moi après ma césarienne j'étais sur pieds le soir même pour aller voir mon bébé en néonat" (là je dis Thanks God que mes bébés aient atteint 38 SA et deux jours, et n'aient pas eu besoin d'aller en néonatalogie), "c'est pas pire qu'une épisiotomie".

Alors là pardon, mais je ris très fort et très jaune.

Non sérieux, je veux bien concevoir que des mamans se remettent très vite de leur césarienne, mais pour l'avoir vécu et pour avoir parlé de leur histoire post césarienne avec de nombreuses femmes depuis que j'ai accouché, j'ai envie de le clamer haut et fort : la césarienne n'est pas un acte anodin dont on se remet "facilement" à tous les coups. Loin de là.

La césarienne n'est pas une promenade de santé, encore moins une alternative à une naissance par voie basse pour des raisons dites de "confort" (il faudra qu'on m'explique il est où le confort de la mère, nan parce que ça reste totalement obscure pour moi cette notion).

La césarienne est avant tout une opération chirurgicale.

Un acte lourd, qui consiste à inciser plusieurs couches de tissus plus ou moins profonds, plus ou moins sensibles, plus ou moins difficiles à cicatriser.

L'utérus est un muscle, ne l'oublions pas. Trancher un muscle, aussi professionnellement que ce soit accompli, ce n'est pas rien !

La césarienne c'est un acte invasif qui sauve des vies, et devrait se cantonner à cela d'ailleurs, sauver des vies.

Pour ma part la césarienne en elle-même s'est très bien déroulée, tant d'un point de vue médical que humain (détail très précieux sur lequel je reviendrai, car ça ne coule pas de source malheureusement, je l'ai découvert avec stupéfaction).

Quelques heures après, quand il fut question de me lever pour une première douche rapide et le retrait de la sonde urinaire, je fus néanmoins rapidement fixée sur mon sort de parturiente. Vertige, douleur, sensation que mon ventre allait s'ouvrir et tomber sur le sol, chute de tension : on m'a immédiatement rallongée sur le côté (je ne m'étais même pas levée, juste assise) tandis qu'un "c'est pas gagné cette affaire" résonnait dans mon cerveau.

Et effectivement, c'était pas gagné.

J'ai mis du temps à me remettre. Du temps pour me lever une première fois, du temps pour marcher sans me tenir d'une main au mur et de l'autre en soutenant mon ventre, du temps pour ne plus avoir mal en marchant, du temps pour parvenir à bouger dans mon lit, du temps pour réussir à dormir sur le côté sans grimacer de douleur, du temps pour ne plus être obligée de m'asseoir après avoir fait cinq malheureux petits pas.

Pour couronner le tout, des complications post-opératoires se sont invitées dans ce post-partum déjà pas bien folichon. Fièvre, ouverture de la cicatrice, écoulement abondant, analyses sanguines révélant une infection, c'était la fête du slip filet.

Alors je sais que je cumule aussi les facteurs de risque : 5ème grossesse, jumeaux, utérus distendu, âge aussi. Mais tout de même je continuerai à le répéter, la césarienne n'est pas un acte anodin.

Perso j'ai préféré mille fois mes suites d'accouchement après une voie basse (quand je pense que ma petite Pastèque est née peu après minuit et que le jour même à 15 h j'étais à la boulangerie et à la pharmacie...) qu'après une césarienne. Après je conçois que certaines femmes ont vécu des voies basses horribles et à contrario des césariennes plus faciles. Mais de manière générale, la césa c'est la guerre de 14-18 comparée à une voie basse.

Aujourd'hui j'en suis à J28 post accouchement et ça va enfin mieux. C'est pas encore parfait, mais ça va beaucoup mieux. Entre trois et quatre semaines pour se remettre d'un accouchement je trouve ça énorme. Mais c'est derrière moi. Une expérience de plus, on va dire.

Commenter cet article

magali 07/04/2017 10:56

Bonjour Milena,

Alors moi j'ai une expérience un peu contraire. Deux accouchements par césariennes (le premier en siège contre lequel nous avions tout essayé) (le second trop rapide après le premier et paroi de l'uterus trop fine) qui ce sont parfaitement bien passées. J'ai eu mal les 24 premieres heures et suis rentrée après 48 heures à la maison sans problème. La cicatrice impecc aussi.
La césarienne c'est la solution à une complication et le terme de confort me gène aussi beaucoup. C'est comme tu le dis une opération chirurgicale avec des suites d'opération et des complications possibles. Moi je regrette que l'on pousse beaucoup dans la maternité ou je travaille à la césarienne pour raison de temps (trop de naissances pas assez de salles).
Enfin mes 2 garçons sont en pleines forme et le post partum comme l'allaitement se sont parfaitement passés mais j'ai regretté très longtemps de ne pas avoir "senti" mon accouchement, vécu cette force énorme fournie par les mamans. Surtout que ma grand-mère a mis ces 5 enfants au monde par voie basse... alors qu'ils étaient tous les 5 en siège!!!!
Bon rétablissement!

Celia 06/04/2017 18:24

Ah et la sensibilité du ventre que l'on retrouve en 6 mois est une vaste blague. 1 ans et demi plus tard le bas de mon ventre est encore sans sensation. Oui des nerfs ont été coupés c'est très long à revenir et peut être ca ne reviendra jamais.

Celia 06/04/2017 18:21

Ahahaha la césarienne de confort faudra qu'on m'explique également. Non Cest dur une césarienne j'ai vraiment eu très très mal physiquement et psychologiquement césarienne d'urgence car détresse fœtal loin,très loin de l'accouchement physiologique que j'avais en projet. Le seul avantage c'est que j'ai pu profiter durant 1 mois de mon bebe fusionner,lier avec mon dodu chéri. Ne pouvant pas me lever ni meme effectuer la moindre corve, j'étais occupée à me reposer. La grosse déception c'est un allaitement foiré mais il paraît que cest plus fréquent après une césarienne.

Cécile 04/04/2017 12:54

Deux césariennes à mon actif. La première s'est passée parfaitement sur le plan clinique, moins bien sur le plan psychique... La deuxième était déjà plus sport au niveau clinique car je supportais mal l'anesthésie. Mais pour couronner le tout, j'ai eu moi aussi une infection des parois, découverte à mon retour à la maison alors que je disais depuis le début que je me sentais très fatiguée. La fièvre mise sur le compte de la montée de lait, était en fait l'un des signes de l'infection. Résultat : des soins infirmiers matin et soir tous les jours du premier mois. Effectivement, ce n'est pas une partie de plaisir. Personnellement, j'ai mis beaucoup de temps à remonter la pente. Et mon bas-ventre est une zone que je ne 'conçois' plus... Bon courage en tout cas.

marjitj 04/04/2017 09:25

Merci pour cet article. J'ai vécu 2 accouchements, et 2 césariennes (des histoires de HTA gravidique entre autres...). Les suites de la 1ere furent un vrai calvaire, bébé en néonat (fauteuil roulant avec la sonde qui te suit...la classe), malaises dans la douche (coucou le bouton d'appel d'urgence!), ma cicatrice s'est également ré-ouverte 1.5 semaines après, quel stress...et il m'a fallut une 2eme opération pour vider l'hématome et laisser la cicatrice se refermer seule : bref il m'a fallut 1.5mois pour cicatriser. Les suites de la 2nde furent plus simple, même si j'aurai toujours a regret de ne pas connaître un accouchement par voie basse.
Bref je crois vraiment que c'est important d'en parler, que les femmes sachent les suites qu'il peut y avoir, car les medecins avaient beau me dire que ça arrivait parfois, j'avais surtout la terrible sensation d'avoir tout râté.... C'est la lecture de plusieurs billets sur le sujet qui m'a réconcilié avec mes "accouchements" (oui les guillemets sont là, car pour moi je n'ai pas vraiment accouché, j'ai donné naissance à mes bébés).