Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La première rentrée de ma petite Pastèque

par La journaliste IT pink & green

publié dans Enfant , école , maternelle , rentrée scolaire , famille nombreuse

La première rentrée de ma petite Pastèque

Ruben est né le 29 novembre, autant dire qu'il est de la fin de l'année, et donc parmi les plus jeunes à faire son entrée en PS de maternelle. Comme sa soeur aînée il y a 11 ans, car elle est née en décembre.

J'appréhendais un peu cette première rentrée, car elle me rappelait celle de sa soeur. Et même si une petite voix intérieure me disait que ça se passerait rapidement bien pour lui, je ne pouvais m'empêcher de repenser à celle de sa soeur.

Elle était jeune, donc. D'autant plus jeune que la demoiselle aurait dû naître en janvier 2003. Et ces quelques jours de différences auraient pu tout changer. 

Oui mais voilà, elle est née en avance, et c'est donc toute petite qu'elle est entrée à l'école. Et ça ne s'est pas bien passé en septembre. Pas du tout, même. Après une discussion avec sa maîtresse (qui était aussi la directrice de l'école), on a décidé de différer sa rentrée. De lui laisser le temps de grandir dans sa tête. On a retenté après les vacances de la Toussaint, en dépit de ma réticence et sur l'insistance de l'institutrice pour "au moins essayer". Et là ce fut nickel. Elle avait grandi et mûri l'école dans sa tête.

Bref je m'égare, tout ça pour dire que les rentrées catastrophiques, j'ai connu, et je n'avais pas envie de revivre ça. Mais deux choses me rassuraient : d'abord cette intuition de mère qui me disait que tout se déroulerait bien. Et d'autre part, ce sentiment réconfortant de savoir qu'on pouvait faire marche arrière (ou du moins appuyer sur la pédale frein) si cela s'avérait nécessaire. A savoir, retirer ma petite Pastèque de l'école et retenter quelques semaines plus tard.

Dire que le premier jour fut un échec est un euphémisme. On est longtemps restés dans la classe avec lui, et au moment de se séparer ce furent les grands pleurs, les cris. Tout ce que beaucoup de parents connaissent. Avec chacun un bébé dans les bras, nous avons quitté la classe en laissant un petit garçon en pleurs, tenant la main à sa maîtresse. Par contre (chose extrêmement rassurante pour moi, car ce n'était pas le cas pour ma fille aînée) à la sortie de l'école il était calme, il ne pleurait pas, on voyait qu'il n'avait pas passé sa matinée à hurler de désespoir (je vous jure que ça se voit direct). Un bon point, donc. Par contre il n'avait pas le même pantalon. Hum. Mais bon, c'était un détail auquel maîtresses et parents sont coutumiers pour un premier jour d'école, n'est-ce pas ?

Deuxième jour, c'est le papa qui l'a accompagné. Même topo, pleurs, cris, désespoir. Je pense que le papa l'a aussi (plus ?) mal vécu que son fils car pour le troisième jour, c'est moi qui m'y suis collée.

Forte de ma conviction que tout peut changer et qu'il serait bien à l'école, je l'ai déposé dans sa classe. Il a pleuré mais attention : ses pleurs avaient changé. Il pleurait d'un air plutôt rageur, comme s'il avait compris que finalement c'était pas si mal l'école, avec toutes ces activités plus séduisantes les unes que les autres. Mais bon, hein, pour le principe on va râler, et pour se rassurer aussi peut-être, entendre maman répéter pour la millième fois "mais oui tu seras bien ici, tu vas t'amuser, apprendre plein de choses, chanter, voir ton frère à la récré, et oh regarde il y a même Tchoupi dans ta classe, promis je reviens te chercher à midi".

Il nous a montré, à son frère et à moi, tous les coins qu'il aime dans la classe, en grognant toujours dans sa barbe. Et puis... il m'a désigné la porte, toujours d'un air rebelle, une larme encore accroché à ses longs cils. Je lui ai demandé s'il voulait sortir, mais non non, c'est à moi qu'il indiquait d'un air orageux la porte, pour que je parte. Je suis sortie, je l'entendais pleurer rageusement. On a franchi les trois mètres nous séparant de l'escalier. Ruben ne pleurait déjà plus !

Quatrième jour : RAS. La petite pastèque est entré dans la classe en faisant vaguement au revoir à son papa. Il avait trouvé son espace, il a adopté l'école. Et depuis, tout roule comme sur des roulettes.

Le deuxième effet Kisscool de cette jolie rentrée en maternelle, c'est le point final sur tout ce qui est continence (je n'emploie pas le mot propreté, tout simplement parce que je considère qu'un enfant n'est pas propre ou sale, il est continent ou pas). Ruben avait énormément progressé au cours du mois d'août, mois caniculaire qu'il a passé quasiment nu. Mais il y avait encore des accidents et surtout il fallait qu'il adopte le slip et le pantalon pour la rentrée. Encore des challenges pour un si petit garçon.

Eh bien : il y a eu deux accidents, en tout et pour tout. Et des répercussions positives à la maison : les oublis sont rares, il s'habille TOUT SEUL (il galère encore un peu pour les chaussettes et les chaussures), il range ses vêtements dans ses tiroirs (bon ok, en vrac, mais il range quoi ! à deux ans et 9 mois !) et sa couche est sèche le matin. D'ailleurs cette nuit il a dormi sans couche. Et sans pipi. C'est qui le meilleur ?

Tout ça pour dire que les enfants sont surprenants. Au fond de moi, j'avais confiance en lui. Et j'avais raison.

La première rentrée de ma petite Pastèque
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lydia 22/09/2017 14:59

Coucou ! Alors moi tu vois je pense que la date de naissance n'a pas spécialement à voir avec l'adaptation à l'école ! J'ai 3 enfants de Décembre, et ce n'est pas forcément pour eux/ pour chacun d'eux que l'entrée à l'école a été plus compliquée par rapport à leurs frères et soeurs de Fév, Juin, Juil, Août. C'est surtout une question de caractère, de contexte familial et extra familial, non ? Une naissance, un déménagement loin, un changement de travail pour un parent, des changements importants pour un frère/soeur, une nouvelle nounou .... me semblent plus influer que la date de naissance en Novembre ou en Mai ? Et puis il y a l'accueil et la personnalité de la maîtresse, bien sûr, sa bienveillance ou pas ....
Alors tout ça ça fait un sacré cocktail d'ingrédients à prendre en compte pour comprendre les facilités/difficultés d'un petit qui fait sa rentrée ! Pour ton fils, super, le cocktail semble bon et tout va bien se passer maintenant : bravo !

Banane 22/09/2017 11:52

La route est plus longue pour nous, malgré une naissance en mars 2014.
Il se disait prêt, on le sentait prêt, mais les 2 mois de vacances d'été en famille ont rendu la séparation compliquée. Et 3 semaines après c'est toujours compliqué... Je sens qu'il est en train de passer le cap, qu'une partie des pleurs fait partie du rituel maintenant et qu'ils ne sont plus si virulents, mais il n'est pas encore prêt à rendre les armes.
Quant à abandonner la couche la nuit, on en est loin! :-)
Bravo à Ruben pour son adaptation rapide.

En_passant 22/09/2017 12:48

Le mien est de décembre, et on l'avait préparé en lui lisant des livres, en lui parlant de ce qu'il allait faire etc.. il y est allé content et vaillant les premiers jours, puis a commencé à pleurer et à s'accrocher à moi de + en + au fil des jours alors que les autres commençaient à retrouver la sérénité..
Je le retrouve également content le soir, et je ne m'inquiète pas du tout, mais le discours de la maitresse m'horripile : je suis interloquée par ses "mais c'est de la comédie ça 5 minutes après tu ne pleures plus". Je ne comprends pas sa pédagogie : vu qu'elle ne s'en occupe pas à leur arrivée, elle veut qu'on les pousse en larmes dans la classe et qu'on parte en courant?! Puisque selon elle "plus vous restez pire c'est". J'attends la réunion le 2 octobre pour me faire une idée... J'ai quand même sacrément l'impression que la bienveillance n'est pas innée chez toutes les instits.