Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vite, un tournevis, que je démonte le petit vélo dans ta tête

par La journaliste IT pink & green

publié dans Mon nombril

velo-2.jpg

 

Vous le connaissez ce petit vélo qui se met en route dans la tête et qui pédale, et qui roule, et que rien n'arrête ? Il lui faut presque rien pour démarrer, un détail, un mot, un souvenir, une image.

Et la route défile.

Le petit vélo s'invente des paysages.

Les roues tournent.

Il accélère.

Il s'engage dans des virages escarpés.

Il emprunte des pentes accidentées.

 

Ce petit vélo mental il est très fort. Il fabrique des idées, il invente des histoires éventuelles, il envisage toutes les possibilités, surtout les pires, il crée des angoisses, il gonfle les peurs au point de les transformer en voile, la voile de mon bateau, qui me fait perdre ma route et qui m'emmène je ne sais où.

 

Ma fille aînée a aussi un petit vélo dans sa tête. Oh, un tout petit vélo pour le moment. Mais je suis une grande spécialiste des petits vélos. Je les connais. Je sais qu'ils sont perfides. Je sais qu'ils deviennent grands, qu'ils se transforment en machines impitoyables, qu'ils écrasent tout sur leur passage, en virant au passage les principales alliées de ma vie : Sérénité, Joie, Paix, Lumière. Je sais aussi que les petits vélos finissent toujours par devenir incontrôlables et - paradoxalement - qu'ils finissent par prendre le contrôle de ma vie.

 

Alors le petit vélo dans la tête de ma fille, je le tiens à l'oeil. 

 

Mon Elfette {2} n'est pas une habituée du petit vélo - chanceuse petite fille. Elle observe les événements tels qu'ils sont, elle les vit au présent, elle les déplore, elle se fâche éventuellement (réaction que je trouve plus saine, finalement), elle pose des questions, elle plaint, elle compatit. Elle prie aussi. Mais l'événement reste à sa place. Ensuite elle passe à autre chose.

 

Pour mon Elfette {1} c'est une autre histoire. Le moindre nuage est, inconsciemment, l'occasion pour elle de sauter sur son petit vélo et de commencer à pédaler très vite, très fort. Je vois bien que certains événements, certaines catastrophes, certaines actualités sont capables de la marquer plus que de raison. Elle imagine des "et si", elle envisage le pire, elle invente des scénarios catastrophes qui nous  concernent tous, elle, son petit frère, moi. Elle n'a pas besoin de m'expliquer tout cela en détail, je vois le pli qui creuse son front, les larmes qui tremblent au bout de ses cils, ses narines qui frémissent, ses yeux qui ne sont plus là mais dans son imaginaire. Et surtout cette façon qu'elle a de se renfermer sur son angoisse, sur son chagrin, comme s'il s'agissait d'un oeuf qu'il faut couver !

 

Alors je dis quoi ? Je dis des choses que j'aurais aimé qu'on me dise quand j'avais neuf ans moi aussi. Parce que j'étais pareille à elle.

 

Je lui dis : "Pleure les morts. Pleure les drames. Condamne la violence. Prie pour les âmes. Envoie de l'amour à ceux qui sont restés.

 

Mais

Reste là

Reste présente

Tout va bien

Rien de ce que tu vois dans ta tête nous concernant n'existe.

Rien

CA N'EXISTE PAS

CA N'EST PAS REEL

C'est réel juste dans ta tête

Mais tu sais quoi ?

Tu as le pouvoir de choisir

De casser cette image

Laisse la couler

Laisse la descendre

Rends là à la terre.

 

Ce qui n'EST PAS ne doit pas te blesser".

 

La première fois que je lui ai dit ça, elle a pleuré, posé des questions, écouté avec sérieux.

Puis elle a respiré un grand coup

Et elle a souri.

 

Et puis l'autre jour je l'ai trouvée sur son lit allongée, les bras en croix, les yeux au plafond. Inquiète, je lui ai demandé ce qu'elle faisait (elle avait l'air heureux tout de même !). Elle m'a répondu "je médite". Je lui ai demandé c'était quoi, méditer pour elle. Elle m'a alors expliqué qu'elle "faisait le vide, qu'elle était sur un nuage, dans les nuages, qu'elle était le nuage et qu'il n'y avait rien d'autre qu'elle, les nuages et le soleil". Ca, elle ne le tient pas de moi. J'ignore où elle a entendu ça, mais je suis contente pour elle, parce que visiblement méditer ainsi la détend. 

 

# PS : Petit vélo je te surveille !!    

 

# PSbis : Sur le même sujet :  Il ne pleut jamais sur ma tête

 

# PSter : Photos trouvées sur We heart it

 

velo.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Syd 01/06/2012 08:09


J'ai tjrs bien trop détesté le sport pour en faire dans ma tête mdr mais les filles, plus particulièrement Léna, sont comme ça ! et moi ça me dépasse parce que justement je n'ai jamais raisonné
comme elles donc je ne sais pas quoi leur dire pour les rassurer pour faire s'arrêter les petits vélos ! donc je suis preneuse de tes conseils ;o) et je retiens le coup des nuages !

La journaliste IT pink & green 09/06/2012 15:04



N'hésite pas pour Léna, je connais bien les petits vélos et je surveille celui d'A. 



Chocophile 31/05/2012 23:13


J'aime beaucoup tes mots, et cela me ravit de voir que l'on peut rassurer sa fille si elle aussi a un petit vélo.. J'ai moi même un petit vélo dans le cerveau, enfin vu les dégâts je ne sais pas
vraiment si petit vélo est la bonne image, mais en tout cas j'ai une grande crainte que mes enfants "héritent" de ça, je ne voudrai pas transmettre angoisse, peur etc... Pour l'instant ma puce de
2,5ans est pleine de vie et si sereine et positive que ça m'impressionne, peut être est-il trop tôt pour savoir si cela perdurera, je l'espère de tout coeur...

La journaliste IT pink & green 09/06/2012 15:05



Ta puce a une maman qui veille et qui connaît le petit vélo et ses dégâts, c'est déjà ENORME. Je suis certaine que tu sauras trouver les mots pour l'apaiser si tu vois qu'elle aussi enfourche un
petit vélo trop souvent. Des bises !



Odile 31/05/2012 17:07


Rah ouais, les p'tits vélos... Moi c'est carrément le tour de France dans ma tête.


Une collègue dit aussi: arrête de faire des noeuds.


Mon copain dit: que j'ai une araignée au plafond (et qu'elle fait sa toile). Parfois je réfléchis, et il m'observe. Il dit en riant :" alors ? comment elle va ton araignée ?"


 


Le pire ? Je suis arachnophobe aigüe !

La journaliste IT pink & green 09/06/2012 15:06



MdR pour l'araignée ! Et le Tour de France pfff je comprends tout à fait, je l'ai fait aussi très souvent dans ma tête. Une plaie !


Bon courage à toi, c'est déjà énorme d'en avoir conscience. 



Blonde Paresseuse 31/05/2012 12:12


Le p'tit vélo, c'est le terme exact qu'utilisait ma grand-mère, ça me fait sourire. Je ne suis pas trop comme, mais mon fils oui, pourtant, il a déjà 16 ans, et ça n'a ps l'air d'aller mieux.


Pfffff.

La journaliste IT pink & green 09/06/2012 15:07



C'est une jolie expression qui traduit bien ce que ça veut dire je trouve. Ta grand-mère était sage . 



Isabelle dans les étoiles 31/05/2012 11:42


Ta puce a la chance d'avoir une maman qui soit son ange gardien. Qui veille sur elle, qui pense à son bien-être et qui fait en sorte de faire son bonheur.


C'est une hypersensible et pour l'être également je sais à quel point cela peut être destructeur dans ton quotidien. Tout prendre en pleine face sans parvenir à gérer, c'est dur. Très dur.


Bravo pour ce billet aux mots justes et je te félicite d'être cette maman-là..

La journaliste IT pink & green 09/06/2012 15:07



Merci Isabelle.