Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il ne pleut jamais sur ma tête

par La journaliste IT pink & green

publié dans Frappée par...

parapluie.jpg

 

L'été dernier, alors que je sortais d'une épreuve oppressante, douloureuse et surprenante, j'ai rencontré une personne assez extraordinaire.

 

Cette personne m'a notamment dit une phrase qui accompagne désormais mes jours et mes nuits.

 

Il pleut derrière toi, il pleut devant toi

Mais il ne pleut jamais sur ta tête

 

Sans le savoir (ou plutôt, en le sachant pertinemment), cet personne a mis le doigt pile sur l'une de mes failles, et pas la moindre. Une brèche dans laquelle peuvent s'engloutir tous les malheurs du monde.

 

J'ai en moi une machine capable de bousiller le présent, aussi beau soit-il. Cette machine se nourrit des malheurs, des larmes et des regrets du passé. Elle se repaît avec le même appétit des doutes, des ombres, des chimères, des cauchemars et des incertitudes qui planent sur l'avenir. 

 

Cette machine est maléfique. Elle digère passé trouble et avenir sombre pour en fabriquer des nuages énormes. Noirs. Menaçants. Terrifiants. Remplis de pluie et de grêle, que, par mon simple esprit, j'arrive même à sentir sur mon visage ! 

 

Cette machine fabrique des ombres qui me paralysent dans le présent et aspirent de mon âme toute joie, tout espoir, toute petite réjouissance du quotidien, la moindre capacité à jouir de l'instant présent et des cadeaux qu'il m'offre par centaines, par milliers.

 

N'est-ce pas terrible ?

 

Pourtant, je lève la tête, et effectivement, sur moi il ne tombe rien. Pas la moindre petite goutte. Cette personne a raison, il ne pleut pas sur moi, seulement dans ma tête.

 

Certes la route est sombre derrière, mais je l'ai quittée. Elle est obscure devant, mais par je ne sais quel miracle de l'esprit, le parapluie qui protège ma tête avance au même rythme que moi. Les soucis se résolvent au fur et à mesure. Les ombres inquiétantes deviennent de vrais objets que je suis capable d'affronter. Les cauchemars s'évanouissent dans le soleil. J'avance dans mon halo de lumière et je suis enfin capable de profiter de chaque instant comme s'il était unique au monde, détaché du passé et de l'avenir. Je redeviens artisan de mon Bonheur.

 

J'ai tué la machine à fabriquer des nuages. 

 

Merci à Marcello 

Photo : We heart it

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

view site 19/11/2013 12:51

I recently found much useful information in your website especially this blog page.Beautifully made umbrellas. I have read baout this recently in newspapers that the city is decorated with it.

Elisa 19/01/2011 12:41



Bien à toi pour avoir detruit cette machine méchante!


Joli billet et une photo superbe!


Amitiés


Elisa, en Argentine



ChuChu 18/01/2011 18:02



le texte est beau, la prise de conscience aussi mais la phrase à elle toute seule est pleine de sens :)



La journaliste IT pink & green 22/01/2011 11:03



Oui, on peut y réfléchir pendant des heures, elle est lourde de sens !



Papillote 18/01/2011 17:30



magnifique texte. j'aimerais bien tuer cette machine aussi...



La journaliste IT pink & green 22/01/2011 11:04



Merci !


Et je te souhaite d'y arriver, ça allège la vie ! 



ThirtySomething 18/01/2011 16:32



C'est vraiment un très joli billet...


Dans le même esprit, une devise qui ne me quitte pas: "ne jamais s'angoisser à l'avance pour quelque chose qui n'est pas encore arrivé et qui n'arrivera probablement jamais." 


C'est une phrase que m'a dit mon chéri il y a 7 ans. 



La journaliste IT pink & green 22/01/2011 11:04



Merci de partager cette phrase